" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

lundi 31 août 2009

31, météo: cumul des pluies de mousson 2009, août


* Nord du Sénégal -
AOÛT : CUMUL DES PLUIES DE LA MOUSSON 2009-
- Fleuve, de l'aval vers l'amont :
Saint-Louis : 153,6 mm soit 187,7 mm cumulés (soit 148 % de sa moyenne mormale de 126,5 mm, station excédentaire)
Bango : 210,6 mm soit 246,7 mm cumulés (station largement excédentaire)
Podor : 172,7 mm soit 208,8 mm cumulés (soit 168 % de sa moyenne normale de 124,3 mm, station excédentaire)
Matam : 91,9 mm soit 280,1 mm cumulés (soit 120 % de sa moyenne normale de 232,8 mm, station excédentaire)
Bakel : 239,7 mm soit 473,1 mm cumulés (soit 136 % de sa moyenne normale de 347,7 mm, station excédentaire)
- Intérieur, Ndiambour et Ferlo :
Louga : 159,0 mm soit 257,9 mm cumulés (soit 142 % de sa moyenne normale de 181,5 mm, station excédentaire)
Linguere : 399,1 mm soit 647,9 mm cumulés (soit 260 % de sa moyenne normale de 249,5 mm, station très largement excécentaire)
Ranerou : 248,5 mm soit 412,8 mm cumulés (soit 165 % de sa moyenne normale de 249,5 mm, station excédentaire)

Nota :
RAS, excellente pluviométrie "spatio-temporelle" pour notre sahel ("rivage", en arabe), même si les quelques averses diluviennes qui ont permis à toutes les stations du nord d'être excédentaires, voire largement excédentaires, cachent la relative faiblesse quantitative des autres pluies du mois... Fait remarquable : il y a longtemps que les steppes du Ferlo n'avaient reçu autant d'eau. Les oiseaux ne s'en plaindront pas.








Ci-dessus : 2009 08 31, coucher de soleil d'hivernage sur le delta / Photos par Frédéric Bacuez dit Fretback

Aparté, nota bene : une importante "circulation cyclonique" traverse depuis le 30 août l'Afrique soudano-sahélienne d'est en ouest. Même Agadez, aux portes de l'Aïr saharien du Niger, est coupé en deux par un gigantesque ruissellement suite aux averses qui ne cessent d'y tomber depuis quatre jours -au moins trois morts. Le 1er septembre, des pluies exceptionnelles se sont abattu sur le centre du Burkina Faso (de Kaya au nord à Manga au sud), notamment sur la capitale Ouagadougou : en 12h il y est tombé, selon les endroits, de 200 à plus de 300 mm d'eaux, du jamais vu... depuis 1915 ! Les barrages de la ville n'ont pas tenu et bien des quartiers ont été très vite sous les eaux, en quelques minutes, y compris l'hôtel Silmandé, le parc Bangr-Weogo ou la Cinémathèque africaine, l'hôpital Yalgado évacué par les toits, les 'Champs-Elysées' comme l'avenue Kadiogo, les voitures y devenant comme des pirogues bangotines... Bilan : 8 morts seulement, un miracle, mais 150 000 sinistrés (pour une population de 1,5 millions d'habitants) et 25 000 maisons effondrées ! Notre déluge saint-louisien du 28 août s'en trouve derechef un brin dérisoire... Les services météorologiques sénégalais annoncent l'arrivée de la perturbation cyclonique par le sud-est, à partir du 2 septembre... D'ores et déjà, les orages ont foudroyé 11 personnes tandis que les banlieues dakaroises voient 60 % de leurs 'indigènes' patauger; mais là, comme d'habitude, même un pipi de roussette inonde la cour des miracles du 'Grand Dakar', ce cloaque sans nom à la gloire d'une presque autoroute blanchisseuse et mégalomaniaque ! Depuis le 1er septembre à Wolofland: échauffourées, émeutes, saccages, manifestations contre les incuries d'un Etat en totale déroute, y compris devant l'ambassade sénégalaise de Paris où le plus célèbre de nos talibés faisait un modeste détour après son long séjour... genevois. Evidemment, les feux californiens et un énième séisme indonésien monopolisent les medias qui façonnent la cartographie 'sentimentale' du monde. Le formidable engagement des pompiers de Ouagadougou, là aussi très aimés des populations, aurait pu objectivement intéresser. Mais bon, ces histoires de nègres, belles ou laides, on s'en fout, c'est vrai !
____________________________________________________________________

31, une hypolaïs obscure dans le jardin


* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -

Après une halte dans le jardin d'1 rousserolle effarvatte (2 jours), d'1 gobemouche noir (1 heure), d'1 pouillot fitis (une matinée), tous passereaux de bref arrêt dans leur migration postnuptiale, c'est une hypolaïs obscure (hippolais opaca, western olivaceous warbler) qui s'y fait très remarquée, physiquement comme musicalement. Le problème est qu'il m'est impossible de savoir s'il s'agit d'un vrai migrateur ou d'un erratique 'sénégalais', sujet à des mouvements encore mal connus : un temps ici, puis là-bas... Mais pas nicheur !

Ci-dessus : hypolaïs obscure (hippolais opaca, western olivaceous warbler), lors des opérations de baguage de décembre 1991 au parc national du Djoudj (PNOD) / Photo par Peter Dedicoat, pour African Bird Club, tous droits réservés

Pluies du jour :
- Fleuve, de l'aval vers l'amont :
Saint-Louis, traces / Bango : néant / Podor, néant / Matam, 5,8 mm / Bakel, 14,0 mm /
- Intérieur, Ndiambour et Ferlo :
Louga, 2,7 mm / Linguere, 33,7 mm / Ranerou, 21,7 mm /
Nota : décidément, le Ferlo est sacrément bien arrosé, cete année !...
____________________________________________________________________

31, 380 000 euros pour une aire marine virtuelle


* Saint-Louis -





















_____________________________________________________________________

dimanche 30 août 2009

30, des dizaines de rolliers d'Abyssinie immatures

* Bango. Marigot de Djeuss, coté limoneux -

MATIN, 9h30-
1 Héron cendré (ardea cinerea, grey heron), aller retour au dessus de la presqu'île de Thiolet.

Dans la passe de Thiolet, au débouché du Djeuss dans le delta, avec quelques Vanneaux éperonnés (vanellus spinosus, spur-winged lapwing), des dizaines de Rolliers d'Abyssinie (coracias abyssinicusabyssinian roller), des immatures dont les brins de la queue n'ont pas encore poussé, traversent entre la pointe de la caserne de Bango et la presqu'île de Thiolet - j'en compte 22 ind. en quelques minutes ! Les oiseaux bleus en bandes lâches viennent des mangroves de Roup, en face de la corniche saint-louisienne de Sor. Ils y sont de nombreux juvéniles à passer la mousson, apprenant à bien voler, s’exerçant à 'impressionner' les autres oiseaux, même les Tantales ibis (mycteria ibis) qui y sont des dizaines à choisir le même estivage... Avec les inondations des plaines alluviales, les jeunes Rolliers d'Abyssinie vont probablement passer leur journée à chasser tout en perfectionnant leur notion de territorialité, très forte chez ces agressifs et splendides oiseaux.





Ci-contre: Rolliers d'Abyssinie en plumage d'adulte


Au même moment, sur le fleuve Sénégal :
+30 Spatules blanches (platalea leucorodiaeurasian spoonbill)  [N>S] croisent 5 Échasses blanches (himantopus himantopus, black-winged stilt) [S>N]
1 Courlis corlieu (numenius phaeopus, whimbrel) remonte le marigot à basse altitude [>Djeuss 'eau douce']
1 Grand gravelot (charadrius hiaticula, common ringed plover) en vol au dessus du Djeuss
7 Guêpiers à gorge blanche (merops albicollis, white-throated bee-eater) [via Bango>au dessus de la baie du Djeuss-bolong de Kaïgga] 

APREM'-
Dans le jardin, toujours 1 Hypolaïs obscure (hippolais (pallida) opaca, western olivaceous warbler), surtout dans le cordia / Amarantes du Sénégal
~16h, chant d'1 Barbican de Vieillot (lybius vieilloti, vieillot's barbet)

SOIR-
18h45, encore et toujours les Guêpiers de Perse (merops persicus, blue-cheeked bee-eater)
2 Oedicnèmes du Sénégal (burhinus senegalensis, senegal thick-knee), bizarrement haut dans le ciel, se poursuivent au dessus du quartier, en rond !
Sur le fleuve Sénégal, 30  Courlis cendrés (numenius arquata, eurasian curlew) en migration postnuptiale [N>S], en file indienne (Nota : les Cendrés plus volontiers à la queue leu leu; les Corlieux souvent en V)



Pluies : Bakel, 32,0 mm

samedi 29 août 2009

29, après le déluge...


* Nord du Sénégal -
Bilan des pluies diluviennes du 28 août 2009 sur le delta et quelques localités du Sénégal (cf. aussi rapport de 2009 08 28) :
- Fleuve, de l'aval vers l'amont :
Saint-Louis, 60,0 mm / Bango, 96,9 mm / Podor, néant / Matam, traces / Bakel, /
- Intérieur, Ndiambour et Ferlo :
Louga, 28,2 mm / Linguere, 3,5 mm / Ranerou, néant /

Ce 28 août, Saint-Louis et Bango deviennent donc excédentaires comme l'étaient déjà toutes les autres stations du Sahel : 163 % de sa pluviométrie normale pour Ndar, soit un cumul de 187,7 mm contre une norme de 115,2 mm à cette date.


L'ami Aïdara me dit qu'une telle pluie n'était plus tombée sur Bango depuis... 1986. Souhaitons seulement que l'hivernage n'ait livré ici sa dernière douchée... Car la semaine a été pluvieusement très chargée sur l'ensemble du pays, dont :
Au nord : Linguere, 136,8 mm (le 27)
Au centre-sud : Mbour, 124,0 mm (le 24) et 49,0 mm (le 28); Fatick, 72,3 mm (le 28)
Au sud, en Casamance : Ziguinchor, 55,4 mm (le 24) et 95,4 mm (le 25); Cap-Skirring, 137,7 mm (le 28)

Ci-dessous : sur le Lampsar, lendemain de déluge... A g., au matin, vers 9h - à d., au soir, vers 19h45.
/ Photos par Frédéric Bacuez dit Fretback, droits réservés




Peu d'oiseaux...
8h40, 1 choucador à longue queue (lamprotornis caudatus, long-tailed glossy starling) passe, jacassant [>caserne]
Appels de coucous didric, toute la matinée
Cris de pygargues vocifères, l'après-midi (16h15)
~17h, le couple de corbeaux pies (corvus albus, pied crow) qui fréquente la rive sud du Lampsar, des deux cotés de la digue, très présent autour de 'la plage' et de ses restes... (cf. photo ci-contre)

Ci-contre : corbeau pie sur les berges sud du Lampsar
/ Photo par Frédéric Bacuez dit Fretback


NUIT-
Aux toutes dernières lueurs du crépuscule, les roussettes paillées (heidolon helvum, straw-coloured fruit bat) voltigent au ras des eaux du marigot, pour boire
Sortie de plusieurs espèces non identifiées de microchiroptères (3 sp.)
22h-22h30, plusieurs passages de la chouette effraie (tyto alba ssp. affinis, barn owl)
Vers 1h du matin, depuis le lit de ma chambre et dans l'embrasure de la fenêtre : le scintillement clignotant d'1 luciole dans le feuillage du flamboyant
____________________________________________________________________

vendredi 28 août 2009

28, 96,9 mm sur Bango ! Un record depuis...1986 !


* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -
MATIN-
Bango et Saint-Louis, traces de pluies
MIDI-
12h45, 1 hypolaïs obscure (hippolais (pallida) opaca, western olivaceous warbler) appelle : tchek !, tout près, entre kordia et grenadier du jardin

* Bango et Saint-Louis -
Il pleut, il pleut, ORSEC...
Dans la nuit du 27 au 28 août, un déluge, un de plus, s'est abattu sur le poste frontalier de Rosso, des deux cotés du fleuve Sénégal : 104,0 mm !!! Bilan : 1 maure mort, 3500 familles sinistrées, et la barge qui relie les deux 'célèbres' (les habitués des frontières d'Afrique sauront...) vigies mauritanienne et sénégalaise, "momentanément arrêtée". No comment; c'est préférable...
Après le 'plan OR-SEC' décrété depuis Dakar à la suite des intempéries sur ce qu'il reste de plages à Mbour -et les autres ? Linguere, par exemple, pas-de-plage-pas-de-golf, touchée deux fois par plus de 120 mm chaque déluge ? Et comment ? Avec quels moyens ? Y aurait-il de l'appel de fonds dans l'air ?-, voilà que Saint-Louis se met à recevoir non plus une mais deux voire trois pluies par jour, quotidiennement ! La cité sur les eaux risque bientôt d'être dans l'eau, c'est certain. Ce n'est pas tant la quantité mais la fréquence soudaine des averses (associées à une crue qui sera cette année probablement puissante) qui va très vite faire émerger les eaux souterraines du delta qui affleurent naturellement...

Ci-dessus : début du déluge de 17h15, une pirogue engagée dans le Lampsar file dare dare...
/ Photo par Frédéric Bacuez dit Fretback, DR

Pluies du jour :
En
une heure et quart (17h15-18h30) : 66,2 mm sur Bango, record saisonnier et sans aucun doute sa plus importante pluie de la mousson 2009.
Et aussi, toujours à Bango (mais il semblerait que le déluge de fin d'après-midi ne soit pas tombé sur Saint-Louis, rapporte un bangotin qui en revenait) :
- la nuit dernière, à partir de 1h20 et suivantes : 5,1 mm
- ce jour, en rappel, 17h15-18h30 : 66,2 mm
- ce soir, 18h50-19h10, 7,0 mm
- cette nuit, 20h25-20h55 et 21h10-21h45, 14,0 mm
- cette nuit, 22h35-23h05, 1,5 mm
- Et, in fine, dans la nuit du 28 au 29 août, 0h30-~1h15, 1,1 mm

Soit, en moins de 24 h pour le village de Bango, un cumul de : 96,9 mm; bref, un quasi déluge et plus du tiers de sa pluviométrie minimale annuelle, en une seule journée
à verse





















Ci-dessus : à g., après le déluge - à d., au début de la pluie...
Ci-dessus en haut : sous les trombes d'eau, les moineaux domestiques sont à l'abri sous le toit (cf. photo de gauche)
/ Photos par Frédéric Bacuez dit Fretback

Au coeur de l'averse, les moineaux domestiques (passer domesticus, house sparrow) se réfugient sur les poutres, sous la toiture (cf. photo ci-dessus). Seuls quelques groupes de pigeons roussards (columba guinea, speckled pigeon) s'aventurent laborieusement à rejoindre Saint-Louis, de retour des champs de l'amont
Entre les pluies, quelques sifflements de courlis corlieu (numenius phaeopus, whimbrel), profitant des accalmies pour progresser dans leur migration postnuptiale
Et le rat noir (ratus ratus), délavé -aux sens propre comme figuré-, qui sort d'un de ses terriers inondés, pour se précipiter vers un abri encore au sec...

NUIT, explosion soudaine de moustiques, évidemment !-


21h, après les trombes d'eau et... avant la 5e pluie de 22h35 :
Chuintement de la chouette effraie (tyto alba ssp. affinis, barn owl), du coté de la caserne, entre les deux pluies de 21h
A 21h38, premier cri d'1 oedicnème du Sénégal (burhinus senegalensis, senegal thick-knee): fin du déluge ?
Quelques babils de roussettes paillées (heidolon helvum, straw-coloured fruit bat) et les croassements infatigables des crapauds jaspés (amietophrynus regularis) / 1 tarente de Sénégambie (tarentola ephippiata senegambiae) festoie près d'un néon de la terrasse...
22h20, sifflements d'1 ou 2 dendrocygnes veufs (dendrocygna viduata, white-faced whistling duck), passant

____________________________________________________________________

28, un doc de FR5 sur le Sénégal, accablant...


* Sénégal -
La chaîne publique française France 5 rediffuse le dimanche 30 août à 15h35 (après le 25 août) un documentaire accablant sur la situation socio-environnementale du Sénégal : "Sénégal, l'état d'urgence".

Comme le dit la bande annonce, "l'image d'Epinal" de la 'patrie de la Teranga' en prend un coup, une fois de plus... Il faut avouer qu'au delà des poncifs et de la logorrhée rondement et éhontément installés dans les bouches et les cranes, d'ici et d'ailleurs, sur le pays le plus proche des Canaries et du Maroc (sic), il ne faut pourtant pas l'oeil et "la mauvaise foi" d'un expert pour vite se rendre à l'évidence : on se fout comme d'une guigne, ici, de l'Environnement et de ses "patrimoine mondial pour l'humanité"... Ici c'est Sénégal, c'est pas l'Humanité ! L'ignorance qui s'étend aussi vite que l'obtusion "spirituelle" enlace les Wolofs dans un refuge onirique -une impasse 'identitaire' oiseuse propice à des lendemains incertains; la misère et l'appât du gain facile, l'anarchie, généralisés; la gouvernance exclusivement occupée et préoccupée par l'instant et ses trivialités bassement matérielles, loin, très loin d'Allah -eh oui; bref, on ne voit rien d'enthousiasmant à l'horizon : on ne coupe jamais autant d'arbres depuis que le gaz apparaît et disparaît du marché au gré des impayés d'Etat; on vide les eaux salées comme les douces, en traficotant avec les pillards des mers qu'on fait mine de condamner; le littoral est rongé, occupé anarchiquement, objet de toutes les corruptions, pollué, sali, irrémédiablement souillé; les parcs nationaux sont ou vidés de leur faune et de leurs forêts relictuelles ou abandonnés à d'obscurs chefaillons qui ne voient pas pourquoi eux aussi ne feraient pas leurs petites affaires... Bref, encore un doc qui va fâcher, et puis, rien, plus rien... Jusqu'à l'anicroche suivante entre Sénégaulois blabla, comme d'habitude. Pendant ce temps-là... Mais j'oubliais, tout ce saccage n'est que de la seule volonté divine, euh pardon, du seul bon vouloir de sa réincarnation terrestre, le plus souvent inculte mais en Hummer, LE marabout. Pas l'oiseau, on l'aura compris, il y a un bail qu'on ne le voit plus, celui-là. Assarfoulaye !!!!!

Sale Temps pour la planète : Sénégal, l'état d'urgence - France5



















Ci-contre : Saint-Louis vu par mon fils Inoussa dit Inno, artiste-plasticien
/ Juin 2009, tous droits réservés

Voir aussi :
- 'Echouages sénégalais', rapport de 2008 05 24
- 'Djoudj, le nichoir des pélicans en danger, rapport de 2008 04 17
- 'L'érosion de la Langue de Barbarie', rapport de 2008 04 19
____________________________________________________________________

jeudi 27 août 2009

27, afrotropicaux et... la rousserolle effarvatte


* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -
MATIN-
8h45, 2 calaos à bec noir (tockus nasutus, african grey hornbill) [au dessus de la digue séparant les Lampsar] / 1 + 1 touracos gris (crinifer piscator, western grey plantain-eater) traversent le marigot [>bosquets de palétuviers] / 1 héron cendré [Thiolene>Roup] / Pigeons roussards [>amont du Lampsar, pour le glanage] / ~20 cratéropes bruns (turdoides plebejus, brown babbler) [au dessus de Thiolene>Lampsar 'eau douce'] / ~40 martinets des maisons (apus affinis, little swift)
9h45, 2 varans du Nil (varanus niloticus), un adulte et un juvénile, nagent dans la traversée du marigot [berges bangotines>mangroves]
2 coucous didric (chrysococcyx caprius, didric cuckoo)longuement observés se poursuivant dans le ciel au dessus des palétuviers puis du quartier, chantant. A 9h50, 1 adulte mâle bien vu, en évidence au fîte d'un acacia épineux du quartier
1 pic goertan (dendropicos goertae, grey woodpecker, adulte mâle, dans le flamboyant du jardin















Nota : le plan ORSEC a été décrété -quant à son application...- par les gens d'en haut, pour calmer les banlieusards dakarois qui ont, mais comme chaque année, les pieds dans l'eau ; et aussi, suite aux trombes d'eau sur Mbour, les petits côtiers dont le premier des ministres est originaire. Quant aux enclavés du Ferlo, , malgré les deux déluges qui ont frappé la région de Linguere, ils n'auront qu'à changer de paille et de bouses, tout seuls, évidemment !
____________________________________________________________________

mercredi 26 août 2009

26, blitz des chicquera au milieu des martinets




* Bango. marigot de Lampsar, coté limoneux -MATIN-
Entendu l'appel d'1 huppe fasciée d'Afrique (upupa epops ssp. senegalensis, african hoopoe) [forêt d'acacias/caserne]
SOIR, 19h30-20h-
~30 courlis corlieu (numenius phaeopus, whimbrel) en migration N>S / 1 échasse blanche (himantopus himantopus, black-winged stilt), assez haut au dessus du marigot [delta>Lampsar 'eau douce'] / 23 tantales ibis (mycteria ibis, yellow-billed stork), au loin, remontant le fleuve Sénégal / 22 guêpiers à gorge blanche (merops albicollis, white-throated bee-eater) en bande compacte, brièvement au dessus du marigot et de la baie de Lampsar-bolong de Khaye
Se mêlant aux martinets des maisons, +80 martinets noirs (apus apus, common swift) arrivent des confins de la rivière Ngalam où ils chassent souvent au dessus des vastes typhaies de Sanar
Au coucher du soleil (cf. photo ci-dessous / Par Frédéric Bacuez dit Fretback, DR):
2 hérons pourprés (ardea purpurea, purple heron) avec 1 roussette paillée (heidolon helvum) [amont du Lampsar] croisent 2 crabiers chevelus (ardeola ralloides, squacco heron) [>aval du Lampsar]
Soudain, déboulant de derrière la 'kasbah' voisine, 2 faucons chicquera (falco chicquera, red-necked falcon) [ils nichent dans les palmiers de Bango] à toute vitesse traversent le marigot et font une percée éclair au milieu des dizaines de martinets des maisons (apus affinis, little swift) qui croisent au dessus des bosquets de palétuviers. Visiblement, ce ne sont pas les martinets qui intéressaient les petits rapaces, mais des odonates, voire des microchiroptères qu'ils aiment attraper à leur première sortie, juste avant la nuit


19h55, ~10 roussettes paillées (heidolon helvum, straw-coloured fruit bat) volent bas au dessus du marigot brillant, pour boire / Sortie d'1 engoulevent à longue queue (caprimulgus climacurus, long-tailed nightjar)
On entend les oedicnèmes, et des dendrocygnes qui passent

Pluies : Bakel, 2,0 mm /____________________________________________________________________

mardi 25 août 2009

25, courte halte d'1 (premier) gobemouche noir


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

APREM'-
13h10, 1 pic goertan femelle (dendropicos goertae, grey woodpecker), dans le flamboyant du jardin
17h15, 9 courlis corlieu (numenius phaeopus, whimbrel) en aller retour sur le Lampsar [>'eau douce'>'eau saumâtre' puis vers le delta]


Ci-contre : aprem', le Lampsar bangotin après l'averse aurorale
/ Photo par Frédéric Bacuez dit Fretback

SOIR-
18h, brève apparition dans le jardin d'1 gobemouche noir (ficedula hypoleuca, pied flycatcher, cf. photo ci-après à gauche), une femelle plutôt qu'un mâle en plumage internuptial (un peu tôt pour avoir complètement fait sa mue postnuptiale, je crois) : tandis que je versais du fumier sur un futur parterre de fleurs, le gobemouche a surgi pour 'gober' quelques uns des innombrables insectes (cloportes, forficules et araignées) qui s'échappaient du nouveau terreau et grimpaient sur la façade de la maison. Le sylvidé, posé sur le rebord du toit des dépendances, descendait à terre, virevoltait autour des insectes et remontait vite sur son promontoire, la proie dans le bec, non sans avoir énergiquement secoué les ailes -attitude typique de l'oiseau. Le passereau change ensuite de garde-manger, directement au dessus du tas de fumier, sur le parapet de 'la plage' (cf. photo en haut, à gauche). Le gobemouche noir avait disparu, déjà, avant le crépuscule, suffisamment gavé pour continuer sa migration, plus au sud...

Ci-contre : premier gobemouche noir postnuptial (voir cercle en haut à droite de l'image), passage précoce et halte 'insectes', fournie mais brève... / Photo par Fretback

Nota :




Parallèlement, première apparition dans les eucalyptus et le nîîm, puis dans les aloe vera où elle cherche les insectes, d'1 rousserolle effarvatte (acrocephalus scirpaeus, european/eurasian reed warbler, cf. photo ci-dessous à droite), probablement en halte après sa traversée du Sahara, avant de continuer sa migration postnuptiale plus au sud; ça ne l'empêche pas de crier ses kèrrr et autres tcheurrrk entrecoupés d'alarmes tcrèk tcrèk...
Nota : au contraire du gobemouche noir qui n'hiverne pas ici (cf. photo ci-dessous à gauche), un contingent de rousserolles effarvattes stationnera dans le delta, plus tard. Pour l'heure, les premiers migrateurs, déjà assez présents dans les plaines alluviales (cf. rapport de 2009 08 22) sont ici en transit...

Ci-dessous à g. : gobemouche noir en internuptial; Fouta Djalon, Guinée / Photo par Craig Evenhouse, pour African Bird Club, DROITS RÉSERVÉS
Ci-dessous à d. : rousserolle effarvatte; nord du Bénin / Photo par Agnès Giannotti, pour African Bird Club, DROITS RÉSERVÉS
















18h50, 1 guêpier de Perse (merops persicus, blue-cheeked bee-eater) avec 2 guêpiers à gorge blanche (merops albicollis, white-throated bee-eater) / 19h, 4 guêpiers à gorge blanche, chantant, se dirigent vers les mangroves via Bango
19h, 1 martin-pêcheur pygmée (ceyx pictus, african pygmy kingfisher) comme une fusée rentre dans le quartier
2 chevaliers sp. non identifiés (de taille moyenne : des gambettes ?) en vol bas au dessus du marigot [>delta]
____________________________________________________________________

25, 2 didric très tentés par un nid de souïmangas


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -
MIDI-
11h15,
_____________________________________________________________________

25, variations matinales sur le Lampsar


* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -

MATIN-
Aux aurores (~5h45-6h50 puis bruine jusqu'à 9h50), bonne pluie exclusivement dédiée à Saint-Louis et ses environs...
- Fleuve, d'aval vers l'amont :
Saint-Louis, 19,3 mm / Bango, 17,9 mm / Podor, 2,7 mm /
- Intérieur, Ndiambour et Ferlo :
Louga, 3,0 mm / Linguere, 0,5 mm /

Après la pluie, sur le Lampsar, un milieu de matinée comme une aube...















Ci-dessus : le Lampsar après l'averse aurorale : aigrette des récifs, oie-armée et balbuzard / Photos par Frédéric Bacuez dit Fretback, DR


Belle variété ornithologique, ce matin :
10h, passage de 2 perruches à collier (psittacula krameri, rose-ringed parakeet) au dessus du quartier [forêt/caserne>cocoteraie de Bango]
1 coucou didric (chrysococcyx caprius, didric cuckoo), haut dans le ciel bas et gris
10h05, insolite : 1 balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey) poursuit 1 oie-armée de Gambie (plectropterus gambensis, spur-winged goose) au dessus des bosquets de palétuviers ! (?); l'oie atterrit précipitamment dans la mangrove et le balbuzard poursuit son 'inspection' du Lampsar vers les eaux douces de la rivière... (cf. photo ci-dessus, en haut à droite)
12 cratéropes bruns (turdoides plebejus, brown babbler) passent au dessus du jardin [>forêt/caserne de Bango]
Brièvement, entraperçu 1 barbican à poitrine rouge (lybius dubius, bearded barbet) allant d'un eucalyptus vers le corossolier de ma voisine Assétou; c'est la première fois que l'oiseau 'emblématique' de Bango apparaît dans le jardin !
2 tantales ibis (mycteria ibis, yellow-billed stork) décollent des rivages boisés du bolong de Dakhar-Bango
1 chevalier gambette (tringa totanus, common redshank) en vol chantant au dessus du marigot [>Bango]

Sur 'la plage' : les habituels, 1 aigrette des récifs (egretta gularis, western reef egret, cf. photos ci-contre et ci-dessus, en bas à droite) + le chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper) qui poursuit un congénère passant trop près de son domaine, au ras de l'eau, brièvement

Entendu : le chant plaintif et lancinant des colious huppés, celui de calaos à bec rouge [caserne], de tourterelles sp. dont la tourterelle masquée


Ci-contre : aigrette (dimorphe) des récifs sur les rives du Lampsar, coté limoneux

/ Photo par Frédéric Bacuez dit Fretback
____________________________________________________________________

lundi 24 août 2009

24, dendrocygna, 1 rare 'dos blanc' avec des 'veufs' !


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -
SOIR-
En fin d'après-midi, un amas orageux vertical contourne Bango par le Lampsar 'eau douce' et monte progressivement vers la Forêt classée de Diama et le Djoudj; un second amas le suit tandis qu'un troisième se renforce au sud.
En est-ce la conséquence ? Toujours est-il que les passages migratoires de courlis (numenius sp., curlews sp.; voir ci-après), en provenance de la zone orageuse, sont ce soir bien fournis. Aussi, très nombreux pigeons roussards (columba guinea, speckled pigeon) qui rentrent, eux, des champs de l'amont (cf. photo ci-contre, en agrandissement)

Ci-dessus : un orage vertical monte vers le nord, des dizaines de pigeons roussards reviennent des champs; un milan parasite sur les toits de la 'kasbah' voisine / Photo par Frédéric Bacuez dit Fretback
Courlis 2 sp., passages migratoires au dessus du marigot, outre ceux entendus mais non observés :
17h40, 28 courlis corlieu (numenius phaeopus, whimbrel) / 18h, 11 / 18h15, 19 / 18h45, 26 / 18h50, 4 [tous N>S] / 19h05, 1 tout seul à basse altitude sur le marigot [>delta] / 19h15, 28 courlis dont au moins 2 courlis cendrés (numenius arquata, eurasian curlew) au milieu du groupe de corlieu [N>S] / 19h28, après le coucher de soleil de 19h20, 15 corlieu [N>S] croisant 3 hérons gardeboeufs [>N] / 19h35, +24 [>pointe Thiolene], dernier passage du soir

Toujours les dendrocygnes veufs (dendrocyna viduata, white-faced whistling duck) en tout sens, dispersés (il y a de l'eau partout !), par deux en général mais aussi :
3 [via Bango>Thiolene] / 3 [via la caserne>Thiolene] / 2 avec 1 crabier chevelu [>Lampsar 'eau douce']
Et, à 19h05, juste au dessus du jardin [via Bango>Thiolene, vers le fleuve Sénégal] : 8 dendrocygnes veufs (dendrocygna viduata, white-faced whistling duck) avec au milieu du petit groupe 1 dendrocygne à dos blanc (thalassornis leuconotus, white-backed duck), rare canard dans la région du bas-delta (cf. 'rare' photo ci-dessous, au centre) !
Nota : longtemps appelé canard à dos blanc faute de pouvoir le rattacher à un 'groupe', le dendrocygne à dos blanc est aussi appelé, à tort, érismature à dos blanc au regard de sa morphologie qui lui est très ressemblante... avec une allure de grèbe... Aujourd'hui, le thalassornis est, in fine, classé comme le seul représentant de son espèce... Comme les dendrocygnes veufs et les dendrocygnes fauves, avec lesquels il partage le sifflement clair si typique, c'est un canard spécifiquement néo-tropical d'Afrique; répandu, mais relativement peu commun, en Afrique orientale, de l'Ethiopie à l'Angola et l'Afrique du Sud, ses effectifs sont évalués à 15-30 000 individus. En Afrique occidentale, il est par contre rare : confins marécageux du nord nigérian, lac Tchad, delta intérieur du fleuve Niger (Mali), et en petits effectifs, le delta du Sénégal jusqu'au lac de Guier, l'amont du Sine Saloum, et le cours de la Gambie jusqu'au Niokolo Koba sénégalais. Il ne fréquente que les marais doux enherbés, dont il ne sort quasiment pas, ses pieds palmés très forts l'empêchant de bien se déplacer à terre : c'est donc de saison, les plaines alluviales riveraines du fleuve sont sous l'eau...










Ci-dessus, à g. et à d. : héron gardeboeufs au crépuscule - nuage spirituel... / Photos par Frédéric Bacuez dit Fretback
Ci-dessus, au centre : dendrocygne à dos blanc, droits réservés

Quelques sternes sp. / 3 mouettes à tête grise (larus cirrocephalus, grey-headed gull) en plumage nuptial, sur le rivage, peu fréquentes en cette période
On entend 1 pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle), probablement installé dans un bosquet de palétuviers des mangroves de la presqu'île de Thiolene
Quelques guêpiers de Perse (merops persicus, blue-cheeked bee-eater)avec 1 guêpier à gorge blanche (merops albicollis, white-throated bee-eater) / 2 buphages (piqueboeufs) à bec jaune (buphagus africanus, yellow-billed oxpecker) [via Bango>Thiolene]
2 hérons cendré (ardea cinerea cinerea, grey heron) dans le soleil couchant / 1 héron gardeboeufs (bubulcus ibis, cattle egret) [via Bango>Thiolene, cf. photo ci-dessus à gauche] / Quelques crabiers chevelus (ardeola ralloides, squacco heron), en plumage nuptial, dont 1 au coucher de soleil de 19h20
~40 martinets des maisons (apus affinis, little swift) très groupés en altitude piallent en se disputant un essaim d'insectes
Au crépuscule, à l'embouchure du bolong de Dakhar-Bango : 1 balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey) pêche tandis qu'1 tantale ibis (mycteria ibis, yellow-billed stork) traverse la passe de Thiolene / On entend le premier oedicnème du Sénégal [vers la caserne]

NUIT-
20h28, on entend le tonnerre...
21h05-21h15, pluie résiduelle du second orage vertical qui passe par le Lampsar 'eau douce'
Toujours le concert des crapauds jaspés

Pluies du soir :

- Fleuve, d'aval vers l'amont :
Saint-Louis, 3,4 mm / Bango, 2,7 mm / Podor, 16,5 mm / Matam, 0,8 mm / Bakel, 7,1 mm
- Intérieur, Ndiambour et Ferlo :
Louga, 40,2 mm / Linguere, 42,4 mm / Ranerou, 34,5 mm
Nota 1 : encore d'importantes averses sur le Ndiambour et surtout le Ferlo (cf. nota de rapport 2009 08 23)
Nota 2 : une impressionnante pluie diluvienne sur Mbour (Petite Côte, sud de Dakar) : 124,0 mm !
____________________________________________________________________

24, aigle botté et hirondelles des mosquées


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -
MIDI-
Comme souvent après l'averse de mousson, les oiseaux se donnent le mot pour offrir un spectacle magique !...

Ci-dessous, de g. à d. : milans et planeurs sur le Lampsar - varan du Nil juvénile tout près du rivage / Photos par Frédéric Bacuez dit Fretback








Autour de 12h30, 5 pygargues vocifères (haliaeetus vocifer, african fish eagle), 1 tantale ibis et 1 pélican gris profitent des ascendants pour longuement tournoyer au dessus du Lampsar, brièvement ensemble

De 13h à 13h45, un ballet aérien magique :

1 aigle botté (aquila/hieraaetus pennatus, booted eagle) de phase sombre, probable immature/subadulte avec reflets roussâtres notamment sous la queue, plane -pas très adroitement- haut dans le ciel, agressé par 2 des 3 milans parasites (à bec jaune, milvus migrans ssp. parasitus, yellow-billed kite) qui l'accompagnent dans les ascendants. Le rapace (non reproducteur ?) est probablement un migrateur précoce, puisqu'on en voit passer par le détroit de Gibraltar dès la fin juillet, puis au Cap Blanc en Mauritanie, en août.

Ci-contre : aigle botté, adulte forme foncée, vers Koulikoro, Mali
/ Photo par Thierry Helsens, DROITS RESERVES (voir aussi http://mali.blogs.liberation.fr/helsens/)

12 tantales ibis (mycteria ibis, yellow-billed stork) décollent des rives du bolong de Dakhar-Bango (cf. photo ci-dessus à gauche, au delà des milans, au fond de l'image, malheureusement non visibles), vers la pointe Thiolene, et montent dans les ascendants; 8 puis 1 pélicans blancs (pelecanus onocrotalus, great white pelican) traversent (formation en v) la spirale des cigognes - 5 autres pélicans, pareillement, plus tard [>fleuve Sénégal et/ou plaines alluviales]
2 pélicans gris (pelecanus rufescens, pink-backed pelican) dans les ascendants, avec les pygargues vocifères, les milans parasites et l'aigle botté réapparu (cf. ci-dessus); le petit aigle descend plus bas, laissant apparaître une patte légèrement pendante (?)
Vers 13h40, les milans parasites réoccupent l'espace du marigot de Lampsar : ils sont au moins 28 à tournoyer, avec ~15 martinets des maisons (apus affinis, little swift)

Soudainement, 2 hirondelles des mosquées (hirundo senegalensis, mosque swallow, la plus grande des hirondelles d'Afrique occidentale -21 à 23 cm !), apparaissent à basse altitude, faisant des cercles aériens pour boire au ras de l'eau; quelques minutes, les voilà déjà reparties par dessus mon jardin, à travers Bango ! 1 martinet des maisons boit aussi, à son tour...
1 varan du Nil (varanus niloticus) juvénile nage à faible distance du rivage de 'la plage', contourne la pirogue de Seyni (cf. photo en haut à droite, au milieu de l'image), et continue vers le débarcadère et... sa déchetterie

Ci-contre : hirondelle des mosquées, Gambie
/ Photo par John Hamilton, pour African Bird Club, DROITS RESERVES

____________________________________________________________________

dimanche 23 août 2009

23, la 'pluie du 15 août', avec une semaine de retard


Nota :
Le mois de Ramadan a commencé hier. Les enfants en profitent pour se baigner et chercher pitance 'diurne' en pêchant les petits poissons des eaux limoneuses...
Voilà plus de dix jours -exactement depuis la nuit du 11 au 12 août, qu'il n'a pas (vraiment) plu; et les gouttes d'hier soir n'arrangent pas l'atmosphère pesante, accablante, lourde de moiteur chaude...









- Ci-dessus
: il n'y a que les enfants, et sans doute les oiseaux qui profitent des insectes et de l'eau des grandes marées, pour ne pas souffrir de la moiteur digne d'un hammam qui étouffe le delta depuis deux jours
- Ci-dessous : un couple d'oies-armées de Gambie traverse le Lampsar pour se poser quelques minutes dans les herbiers de la baie de Lampsar-bolong de Khaye, avant de poursuivre vers les plaines inondées jouxtant le fleuve Sénégal (cf. rapport de 2009 08 22)
/ Photos par Frédéric Bacuez

* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -
MATIN-
1 jeune crabe de palétuvier égaré dans la cour !
10h40, 2 oies-armées de Gambie (plectropterus gambensis, spur-winged goose), mâle devant et femelle derrière, traversent le marigot [via la caserne, cf. photo ci-contre], survolent les bosquets de palétuviers de Thiolet et font une halte de dix minutes pour paturer sur les rives herbeuses de la baie de Lampsar-bolong de Khaye, avant de continuer vers les plaines inondées du fleuve Sénégal (cf. rapport de 2009 08 22)
Juste après les oies, 1 échasse blanche (himantopus himantopus, black-winged stilt) adulte vole au dessus du marigot [Bango>par dessus la caserne, vers Roup]
9h, entendu le passage de courlis corlieu
Au loin, au dessus de la 'passe de Thiolet', vol de plusieurs dizaines de pélicans blancs (pelecanus onocrotalus, great white pelican) [amont>aval du fleuve]
Haut dans les ascendants au dessus de la baie de Lampsar-bolong de Khaye : 1 pélican gris (pelecanus rufescens, pink-backed pelican) + 2 milans parasites (à bec jaune, milvus migrans ssp. parasitus, yellow-billed kite) + 1 anhinga d'Afrique (anhinga rufa, african darter), encore plus haut
3 coucous didric (chrysococcyx caprius, didric cuckoo) se poursuivent au dessus du marigot jusqu'au jardin de la baie de Lampsar-bolong de Khaye; puis, l'un d'eux revient au faîte du gros prosopis de la place de la mosquée où des souïmangas (sunbird sp.) et des tisserins (ploceus/weaver sp.) le houspillent pour l'en déloger ! Les didric se font entendre fortement toute la matinée
Le chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper), sur la 'plage', très affairé / A plusieurs reprises dans la matinée, cris des pygargues vocifères (pas vus)

Ci-dessous : 2009 08 23 midi, à l'est l'orage monte en puissance; une pirogue rentre à Bango, agitant les eaux grasses et rouges du Lampsar...
/ Photo par Frédéric Bacuez

MIDI- C'est le hammam...
13h, 1 martin-pêcheur pygmée (ceyx pictus, african pygmy kingfisher) traverse le marigot [via Bango et 'mon' jardin>bosquets de palétuviers]
13h30-14h : sans vent, un ciel gris déverse 17,0 mm d'eau de pluie sur Bango; la masse nuageuse se transforme en orage en continuant sa progression vers le delta, Saint-Louis et l'océan.
14h50-15h30 : un deuxième orage, une seconde pluie, et des éclairs foudroyants sur la presqu'île de Thiolene et les confins mauritaniens de l'Île aux Bois.
15h50-17h50 : un troisième front pluvieux, typique d'un 15 août soudano-sahélien -pluie
longue et tranquille, 'à la normande'...- donne un cumul de 8,1 mm (deuxième et troisième pluie)

Nota :
avec une semaine de retard, 'la pluie du 15 août' (plutôt 'les pluies') a daigné arroser Saint-Louis et son delta. En zone soudano-sahélienne, on a l'habitude de cette succession d'ondées, à cette date ou presque, toute la journée -on se contentera d'une demi journée sur nos rives pré sahariennes !-, et parfois durant plusieurs jours. Cette pluie tranquille, à l'européenne, marque le coeur de l'hivernage, le mi parcours de la mousson. Déjà...




















Ci-dessus :
En haut : 13h30-14h, premier passage orageux sur le Lampsar
En bas, de g. à d. : interlude lumineux sur le Lampsar limoneux - troisième pluie sur le delta - fin d'après-midi, les orages se noient dans l'océan et les confins mauritaniens
/ Photos par Frédéric Bacuez
Pluies sur le nord du Sénégal, cumul du jour :
- Fleuve, d'aval vers l'amont :
Saint-Louis, 19,4 mm / Bango, 25,1 mm / Podor, 3,9 mm / Matam, 0,9 mm / Bakel, 25,0 mm
- Intérieur, Ndiambour et Ferlo :
Louga, 11,7 mm / Linguere, 10,9 mm / Ranerou, 21,4 mm

Nota : après plus de dix jours sans pluie notable, retour à la normale pour Saint-Louis et le delta du fleuve Sénégal. A Ndar, le cumul saisonnier donne 97,7 mm contre une moyenne de 95,0 mm au 23 août, soit 103 % de sa pluviométrie normale. On remarquera que les grandes marées et les inondations des plaines alluviales du fleuve Sénégal (cf. rapport de 2009 08 22) sont plus fortes et précoces cette année que lors de la mousson 2008, pourtant une excellente saison pluvieuse à Ndar et sa région; cela est probablement dû au fait que la pluviométrie a été, jusqu'alors, exceptionnelle sur l'extrème nord du pays, entre Podor et Matam : le fleuve charrie donc beaucoup de limon, et d'eau de ruissellement. Noter aussi que le Ferlo est particulièrement bien arrosé, ce qui est de bon augure pour les éleveurs... et pour les oiseaux typiques des steppes sahéliennes !

Les oiseaux, entre les gouttes...
A 14h15, après la première averse, les 2 oies-armées de Gambie repassent, au dessus des mangroves, suivies par 2 dendrocygnes veufs [>pointe Thiolet et delta]
14h30-14h45, à portée de main, 5 amarantes du Sénégal (lagonosticta senegala, red-billed firefinch), 2 mâles et 3 femelles, avec 2 tourterelles maillées (streptopelia senegalensis, laughing dove, cf. autre rapport dédié de 2009 08 23), très occupés à picorer au sol ce que les coulées ont amassé au pied du parapet, dans le jardin
Après les 1ère et 2ème pluies, passage de : 2 colious huppés, au dessus du quartier; 5 buphages (piqueboeufs) à bec jaune [aller-retour Thiolene-Bango-Thiolet] ; 1 + 2 aigrettes (dimorphes) des récifs [Lampsar 'eau douce'>delta]; 2 dendrocygnes veufs [aller-retour Lampsar 'eau douce'>presqu'île]
Après la 3ème pluie, passage de : aigrettes garzettes; hérons gardeboeufs; dendrocygnes veufs, quelques, dont un groupe de 8; pigeons roussards, dont un groupe de 11
15h25, 'descente' d'au moins 3 martinets noirs (apus apus, common swift) au dessus du quartier / Les guêpiers de Perse n'apparaissent qu'à la disparition au loin des amas orageux

NUIT- (Relative) fraîcheur... humide
Concert des crapauds jaspés, en particulier vers la caserne de Bango...
23h15, 1 luciole posée clignote sur une fleur jaune tombée au sol; je les prends dans la main, l'extraordinaire luminescence n'en a cure !
0h50, dans la nuit noire, passage d'un oiseau au cri inconnu, jusque vers les marais du Lampsar 'eau douce' : comme une poupée que l'on presse et qui couine, ouin ouin... Kezako ?

Nombre total de pages vues