" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

mercredi 30 mars 2011

30, un rougequeue et d'autres passereaux passants

Ci-dessus: rougequeue à front blanc, mâle en plumage (précoce) de mue nuptiale
/ Nord Sénégal, courtesy photo par John Wright pour Wrightwanderings et Ornithondar

* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -
MATIN-
10h40, 1 choucador à oreillons bleus prend désormais ses habitudes à l'abreuvoir perché dans le flamboyant
11h, 2 barbions à front jaune, au même abreuvoir, puis serins à croupion blanc, moineaux domestiques, 2 bulbuls des jardins

11h30,  dans le jardin: halte migratoire...
1 rougequeue à front blanc, un mâle en mue nuptiale (idem photo ci-dessus), passe toute la journée et peut-être la nuit (toujours là à 17h, puis à 18h45, près d'un pic goertan dans le flamboyant nu) dans le jardin, particulièrement peu farouche, souvent au sol. A midi, vu au nouvel abreuvoir sur poteau. L'oiseau chante même, à 13h20 !
Aussi: 1 fauvette grisette, femelle / 1 pouillot véloce / 1 hypolaïs obscure
APREM'-
14h, à l'abreuvoir du flamboyant: 1 fauvette passerinette, femelle / 1 pouillot véloce / 1 hypolaïs polyglotte

samedi 26 mars 2011

26, aparté: des courants alternatifs

Earth hour

Les malentendus perdurent: afin de 'sauver' notre planète - fichtre..., la "communauté internationale" nous demande d'éteindre les lumières ce soir quand les Africains au sud du Sahara voudraient que les délestages électriques, les coupures d'eau, les ruptures de réseau internet, les évaporations de gaz, cessent d'hypothéquer toute espérance de faire partie, un jour, de ce monde-là ! Il est d'ailleurs amusant de remarquer que les Arabes partout se déchaînent contre leurs tyrans, exigeant plus de liberté et que chez nous, les émeutiers aussi éruptifs que sans lendemains vident leur furia sur les guichets qui n'en continuent pas moins d'encaisser... ou de vous renvoyer aux temps anciens si vous ne vous acquittez pas illico de votre facture ! Évidemment, comme c'est l'Afrique, des millions de gens s'arrangent avec les règles: si vous êtes 'pauvre', vous vous faites du préposé chargé de  contrôler ou plomber votre compteur, un ami... Ou vous vous achetez un groupe électrogène, si vous êtes 'riche', ou si vous souhaitez que votre petite entreprise ne dépose pas son bilan... Ou que vos entrepôts n'entrent en fusion ! Et si vous êtes un importun de la république, surtout, vous ne payez pas vos factures, c'est tout l'avantage d'être du cercle des puissants. Il est aussi symptomatique de voir comment les "autorités" "responsables" considèrent leur obligés électeurs: on perçoit de réels efforts d'alimentation électrique à la veille des fêtes religieuses, pour les retransmissions télé des combats de lutte ou des matchs de foot de l'équipe nationale. Ou quand un forum, une réunionite aiguë, un salon du livre ou des technologies - oui oui, ça se fait !- font du vent dans la capitale. Et surtout lorsque les casses à Dakar menacent la quiétude du petit centre-ville onirique d'une mégalopole immonde. Allez, je parie que ce soir, entre 20h30 et 21h30, on aura de l'électricité, nous ! Pauvres occidentaux, qui seront joyeusement à la bougie...

26, cétoines du printemps sénégalais


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

vendredi 25 mars 2011

25, des nouvelles des ibis sacrés captifs


Ci-dessus: Bango 17h20, un ibis sacré et une grande aigrette rescapés, dans le jardin de Véronique / Photo par Eddy Graëff pour Ornithondar. Voir aussi: http://ornithondar.blogspot.com/2010/12/16-de-3-ibis-sacres-captifs-bango.html

* Bango. Dans la cocoteraie près du petit lac -

SOIR, 17h-19h-
Dans le jardin de Véronique:
Grande aigrette (egretta alba, great egret), 1 / Héron gardeboeuf (bubulcus ibis, cattle egret), nombreuses troupes en vol du soir  [SO>NE] / Ibis sacré (threskiornis aethiopica, sacred ibis), 1 immature / Milan parasite (à bec jaune, milvus migrans ssp. parasitus, yellow billed kite), dont 1 rechargeant son nid sur cocotier / Barbican à poitrine rouge (lybius dubius, bearded barbet), 2 / Perruche à collier (psittacula krameri, rose-ringed parakeet) / Choucador à longue queue (lamprotornis caudatus, long-tailed glossy starling) / Hirondelle rustique (hirundo rustica, barn swallow), plusieurs / Hirondelle de rivage (riparia riparia, common sand martin), 2+ / Bulbul des jardins (pycnonotus barbatus, common bulbul) / Souïmanga à longue queue (cynniris pulchellus, beautiful sunbird) / Amarante du Sénégal (lagonosticta senegala, red-billed firefinch), dizaines / Combassou du Sénégal (vidua chalybeata, village indigobird), plusieurs dont 1 mâle en plumage nuptial /
Entendu: chevalier gambette (tringa totanus)

Nota 1: c'est un jardin comme je les aime: un brin sauvage, où l'on ne sait plus ce qui est naturel et ce qui est cultivé, avec des mares, des troncs et des joncs; un poulailler et le box d'un cheval, et des graines un peu partout. Un varan du Nil grimpe aux arbres dans lesquels des perruches à collier, des choucadors à longue queue, deux barbicans et les bulbuls jacassent à gorge déployée; les souïmangas en plumage nuptial volètent d'une offrande fleurie à l'autre; des dizaines d'amarantes entrent et sortent de la grande volière; sur le tronc d'un cocotier mort, les trous du pic goertan sont régulièrement occupés par un couple de barbicans à poitrine rouge mais logent actuellement une colonie d'abeilles; derrière les massettes, le lac relictuel de Bango, qui a conservé plus d'eau que d'habitude, bonne mousson oblige, est survolé par des hirondelles de rivage et des hirondelles rustiques, en halte migratoire. C'est le printemps; un milan parasite recharge son nid dans le cocotier dont on vient de faire tomber quelques noix, dérangeant un peu la literie du rapace. Avec le soir, des escadrilles de hérons gardeboeufs revenant des océans de détritus de la ville gagnent leurs dortoirs nocturnes, loin des miasmes urbains, vers les marais du nord-est.


Ci-dessus: 2011 03 25 soir,  ibis sacré immature / Photo par Frédéric Bacuez

Nota 2: Capturés au nid par un piroguier sénégalo-mauritanien, alors qu'ils n'étaient que des poussins, trois ibis sacrés avaient fini à Bango début septembre 2010, comme offrande pour la fin du Ramadan. Dans une cour nue, sableuse, abandonnés à leur destin funeste, deux des oiseaux vénérés de l'Egypte antique sont morts dans leur captivité. Véronique, une toubab riveraine des bords du lac bangotin avait récupéré le survivant, ainsi qu'une grande aigrette juvénile, pour tenter de les réacclimater à leur milieu d'origine, dans son jardin naturel. Quelques mois plus tard, visiblement les deux échassiers se portent à merveille ! L'ibis est toujours immature - il lui faut deux ans au moins pour arborer un plumage d'adulte, totalement désemplumé de la tête au bas du cou avec des fanfreluches noires au bout de la queue * ! Mais l'ibis laboure consciencieusement le jardin, et comme une huppe fasciée géante, pique la terre, le sable, la vase pour en extirper sa nourriture carnée (des insectes jusqu'aux petits mammifères). Particulièrement peu farouche envers les Hommes, pour son grand malheur, l'ibis sacré peut vivre jusqu'à 21 ans si les proies, chassées à vue, ne manquent pas à sa boulimie: vers, sauterelles, criquets, coléoptères aquatiques, mollusques, crustacés, amphibiens, poissons, lézards, parfois des oeufs, et même des charognes, déchets, voire des graines. Si son milieu de prédilection reste les zones humides à marais prairiaux, l'ibis sacré a des dons pour s'adapter à des milieux aussi étonnants que les réservoirs de lisiers, les décharges, les égoûts, les labours. S'il venait à s'envoler un jour, cet ibis devrait trouver aisément son compte, dans la région... Bonne chance !

* En moyenne 1 à 2 petits par couple; l'oisillon quitte le nid entre 14 et 21 jours, vole au delà des 40 jours...
En rappel: http://ornithondar.blogspot.com/2010/12/16-de-3-ibis-sacres-captifs-bango.html

jeudi 24 mars 2011

24, le pèlerin ET le balbu, et du flamant au gambette...

Ci-dessus: 10h15, un vol de 19 flamants roses au dessus des mangroves remonte le Lampsar / Photo par Frédéric Bacuez

* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

MATIN-

- Jardin de Keur Lampsar:
Pas de pouillots (phylloscopus sp.)... L'hypolaïs obscure (hippolais opaca, western olivaceous warbler) se fait discrète: vue brièvement à l'abreuvoir du baobab / 1 fauvette passerinette (sylvia cantillans, subalpine warbler) à l'abreuvoir du flamboyant, plus tard /
- Marigot de Lampsar saumâtre:
Parmi les laridés, vu passer 1 mouette rieuse (larus ridibundus, black-headed gull) [>Lampsar 'doux']
10h15, 19 flamants roses (phoenicopterus roseus, greater flamingo) débouchent du delta et entreprennent la remontée du marigot en opérant au dessus des mangroves quelques revirements avant de se décider à franchir la digue bangotine et continuer leur vol par le Lampsar 'doux'.
11h25, 2 pélicans blancs cerclent au dessus du jardin [N>S], avec deux mouettes à tête grise (larus cirrocephalus ssp. poiiocephalus, grey-headed gull)

APREM'-

14h30, 3 pélicans blancs (pelecanus onocrotalusgreat white pelican) en vol au dessus de Dakhar-Bango [>N vers le fleuve Sénégal]
16h, balbuzard pêcheur ('mon' balbu ?, pandion haliaetus, osprey) au coeur des vols de mouettes (larus sp.) et goélands bruns (larus fuscus, lesser-black backed gull), puis en vol stationnaire, suivi de plongeon et prise de poisson, vers Dakhar-Bango
Très gros passages de laridés, essentiellement de mouettes à tête grise (larus cirrocephalus ssp. poiiocephalusgrey-headed gull) et de goélands bruns (larus fuscuslesser-black backed gull), dans une moindre mesure de sternes caugeks, caspiennes, royales (sterna sandvicensis, caspia, maxima), tout particulièrement sur le fleuve Sénégal  [S>N]
Quelques guêpiers de Perse (merops persicus, blue-cheeked bee-eater) en chasse au dessus du marigot et des mangroves

Aparté:
17h, deux gamins bloquent la pirogue paternelle au milieu du marigot à l'aide d'une perche plantée dans la vase: se frottent les mains en voyant le flot de mouettes et goélands de passage; ne savent pas qu'il y avait peu de chance qu'ils rentrent heureux, ce soir: ces oiseaux-là ne plongent pas sur les hameçons ni ne les gobent comme des cormorans: ce sont des déchiqueteurs !

Pendant ce temps-là, 1 pélican gris (pelecanus rufescens, pink-backed pelican) pêche au devant des roselières de Dakhar-Bango, en faisant des bonds dans l'eau, épuisette grande ouverte !

SOIR-

18h, vu le faucon pèlerin (falco peregrinus ssp., peregrine falcon) haut dans le ciel de Bango, coté Lampsar 'doux'; le rapace se rapproche puis passe juste au dessus de la cour (c'est un mâle, vu son envergure relativement modeste) avant de planer vers la forêt d'acacias riveraine de la caserne militaire.
18h30, arrivée d'une dizaine de chevaliers gambettes (tringa totanus, common redshank) venant du SE: 4 ind. traversent le marigot et s'engouffrent entre les blocs de palétuviers; 7 ind. rejoignent 1 chevalier aboyeur (tringa nebularia, common greenshak), 1 héron cendré (ardea cinerea, grey heron) et 2 mouettes à tête grise (larus cirrocephalus ssp. poiiocephalus) sur la vase de la baie de Lampsar-bolong de Khaye; ils y prennent tous un bain dynamique et fort bruyant !

- Sur les vasières: toujours des petits groupes de mouettes (larus sp.) et de dendrocygnes (dendrocygna sp.)
- Sur ma berge: 1 chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper) + 1 bergeronnette grise (motacilla alba, white wagtail), mais pas de bergeronnette printanière (motacilla flava)...
19h, 18+ aigrettes (alba et garzetta) se rassemblent peu à peu devant et sur un bosquet de palétuviers rouges, pour la nuit.
A la nuit tombée, entendu 1 grand gravelot (charadrius hiaticula, common ringed plover) sur la 'plage'

mercredi 23 mars 2011

23, le faucon pèlerin mais pas le balbuzard pêcheur...

Ci-dessus: 8h35, après le passage du pygargue au ras des vasières, les dendrocygnes et les ardéidés reviennent se poser... / Photo par Frédéric Bacuez

* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

MATIN, 8h-8h30-
Pas de balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey)...
Le faucon pèlerin (falco peregrinus ssp., peregrine falcon) est toujours là, faisant du vol à voile à quelques mètres au dessus d'une huitaine de milans parasites, contre le vent du nord, une nouvelle fois rafraîchi  [au dessus des berges de la caserne]
Autour du marigot: 1 perruche à collier (psittacula krameri ssp. krameri, rose-ringed parakeet) en vol zigzaguant passe au dessus du jardin, traverse le plan d'eau et gagne le Lampsar 'doux' par sa rive sud

Ci-contre: 8h30, le faucon pèlerin stationne au dessus du marigot / Photo par Frédéric Bacuez

Vasières des mangroves:

  • Cormorans africains (phalacrocorax africanus, long-tailed cormorant), 6 ind. au séchage sur la vase / 
  • Hérons cendrés (ardea cinerea, grey heron), 12 ind. / 
  • Grandes aigrettes (egretta alba, great egret), 20 + 1 ind. sur rive bangotine / 
  • Aigrettes garzettes (egretta garzetta, little egret), 3 + 1 ind. sur rive bangotine / 
  • Aigrettes des récifs (egretta gularis, western reef egret), 3 ind. / 
  • Dendrocygnes veufs (dendrocygna viduata, white-faced whistling duck), centaines d'ind.  / 
  • Vanneaux éperonnés (vanellus spinosus, spur-winged lapwing), 2 ind. / 
  • Grand gravelot (charadrius hiaticula, common ringed plover), 1 ind. / 
  • Chevalier gambette (tringa totanus, common redshank), 1 ind. / 
  • Chevalier aboyeur (tringa nebularia, common greenshank), 6 ind. (3 couples) / 
  • Chevaliers guignettes (actitis hypoleucos, common sandpiper), 3 ind. dont deux endormis entre les racines des palétuviers rouges + 1 ind. sur rive bangotine / 
  • Mouettes à tête grise (larus cirrocephalus ssp. poiiocephalus, grey-headed gull), 28+ ind. au repos sur la vase / 
  • Sternes caspiennes (sterna caspia, caspian tern), 7 ind. au dessus du marigot / 
  • Sterne royale (sterna maxima, royal tern), 1 ind. au dessus du marigot / 
  • Alcyons pies (ceryle rudis, pied kingfisher) /
8h20, 1 pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle) arrive à basse altitude du Lampsar 'doux' et semble prendre plaisir à lever les canards et ardéidés rassemblés sur les vasières, avant d'aller se poser à l'intérieur des mangroves, en vociférant !
1 goéland d'Audouin (larus audouinii, Audouin's gull) immature fait une brève incursion jusqu'aux vasières du marigot avant de regagner la passe de Thiolet où il stationne généralement avec quelques congénères comme lui impubères [ancien ponton de kite surf]

1 anhinga d'Afrique (anhinga rufa, african darter), femelle ou mâle internuptial (dessous blanchâtre), en vol au dessus du jardin [delta>intérieur des terres de Bango]
Quelques pigeons roussards (de Guinée, columba guinea, speckled pigeon), souvent par 5, traversent le ciel du marigot [vols SO>N et NE]
Peu de bergeronnettes grises (motacilla alba, white wagtail), solitaires en vol S>N

MIDI-
Jardin: 1 crombec sitelle (sylvietta brachyura ssp. brachyura, northern crombec) tout près sur une branche basse d'un eucalyptus

APREM'-
Marigot: 1 grand cormoran à poitrine blanche (phalacrocorax carbo ssp. lucidus, white-breasted cormorant) a des difficultés pour ingurgiter deux poissons collés l'un à l'autre...
~16h, encore 1 anhinga d'Afrique (anhinga rufaafrican darter) en vol au dessus des bosquets de palétuviers rouges [>Lampsar 'doux']
3 pélicans gris (pelecanus rufescens, pink-backed pelican) nagent près des roselières de Dakhar-Bango

mardi 22 mars 2011

22, la halte joyeuse des pouillots fitis et véloces


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -
Journée mondiale de l'eau: à coup sûr  plein de séminaires et autres joyeux ateliers de réflexions, bla bla bla...

MATIN-
9h, sur les vasières: 1 chevalier gambette en mue nuptiale [baie de Lampsar-bolong de Khaye puis devant les bosquets de palétuviers rouges du marigot]
10h15, 1+ hirondelle rustique en vol S>N au dessus du marigot (vu 1 autre le 19 03 soir)
10h, jardin, dans le flamboyant: moineaux domestiques / 1 tisserin minule femelle / 1 tisserin gendarme femelle et 1 tisserin gendarme mâle en plumage nuptial / 3+ capucins bec d'argent / 3 tourterelles maillées /

MIDI & SOIR-
Dans le jardin, outre les précédents cités du matin:
2 serins à croupion blanc / 1 fauvette passerinette, mâle / 3 bulbuls des jardins /
Et 1 pouillot fitis dans la haie murale + 1 pouillot véloce près de l'abreuvoir perché dans le flamboyant
A 18h, les pouillots véloces seront 4 dans le flamboyant, très excités, se baignant tout à tour dans la vasque suspendue. Pas revu le pouillot fitis.

En haut: pouillot véloce au parc national du Djoudj (PNOD) / Courtesy photo par François Marmeys pour Ornithondar
Ci-dessous: 2011 02 et 03, pouillots véloces au marais de Gainthe (parc national du Djoudj, PNOD)
/ Courtesy photos par John Wright pour Wrightwanderings et Ornithondar

Nota: pour ceux que ne rebute pas la complexe identification des pouillots, il faut savoir qu'il est possible d'en observer 5 espèces sous nos cieux. Trois d'entre elles y sont hivernantes (pouillot véloce, pouillot ibérique, pouillot de Bonelli), l'une est plutôt du genre erratique (pouillot fitis), et la dernière uniquement de passage (pouillot siffleur). Le pouillot véloce (cf. photos) est, de très loin, le petit passereau du paléarctique le plus commun, partout mais tout particulièrement dans les ripisylves d'acacias, les jardins et les buissons des bords de l'eau.

15h20, 1 pic goertan femelle dans le laurier rose, inspectant les bois morts du buisson
16h15, 7 pélicans gris en vol au dessus du marigot [>passe de Thiolet]
18h15, sur les vasières: ~80 mouettes à tête grise et ~60 dendrocygnes veufs + centaines à la pointe de Thiolet
19h20, des bosquets de palétuviers rouges: envol groupé de 21 bihoreaux gris

Nota bis: pas vu de balbuzard pêcheur !

lundi 21 mars 2011

21, c'est le printemps


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

C'est le printemps tropicalisé: les lauriers fleurissent, les bougainvillées exultent, une première pousse verte attendrit l'un des baobabs (cf. photo ci-dessus), le terminalia se dévêtit aussi vite qu'il revêt ses petites feuilles printanières autour de fleurs imperceptibles. Le cerisier d'Afrique se déshabille pour laisser apparaître les grappes acidulées qui excitent déjà la convoitise des enfants du quartier. Le flamboyant est à nu, avec toute sa bimbeloterie de gousses pendantes, qui éclatent et tombent en fracas sur le sable.

MATIN-

9h, 30+ aigrettes (grandes, garzettes, gardeboeufs) perchées dans les palétuviers rouges; et 1 coucal du Sénégal
Quelques sternes royales et sternes caugeks au dessus du marigot
10h, au milieu du marigot, 1 grand cormoran à poitrine blanche se débat avec un probable hameçon et bout de filet; un peu plus tard, l'oiseau a disparu: a sans doute réussi à se débarrasser du piège !
1 anhinga d'Afrique en vol O>SE au dessus du jardin et quartier [par la berge sud du Lampsar]
~90 pélicans blancs en dérive aérienne [Lampsar 'doux'>plaines alluviales par dessus baie de Lampsar-bolong de Khaye]
Jardin: 2 gonoleks de Barbarie / 2 serins à croupion blanc / 1 moineau gris /

SOIR-
17h25, 'mon' balbuzard pêcheur cercle puis attrape un gros poisson au milieu du marigot... à quelques encablures de la pirogue des jeunes braconniers qui amorcent leurs filins piégés... Heureusement, les laridés sont surtout représentés par quelques sternes royales et mouettes à tête grise, moins susceptibles de plonger sur les proies hameçonnées. Les enfants réussissent cependant à capturer 1 sterne caugek. Au jour déclinant, des sternes caspiennes arrivent, survolent les appâts mais ne se laissent pas tromper: l'expérience... Au printemps, les oiseaux ont pris de la maturité; en automne, ce sont essentiellement des jeunes et immatures qui plongent maladroitement sur tous les poissons... 
Quelques minutes plus tard, un (second ?) balbuzard apparaît dans le ciel, presque dans la passe de Thiolet: de loin, semble plus petit, un mâle ?

Jardin: 2 pouillots véloces très actifs, partout / 1 souïmanga à poitrine rouge, mâle nuptial / 1 souïmanga à longue queue, mâle nuptial /  1 tisserin minule, mâle nuptial, à l'abreuvoir du baobab / 1 coucal du Sénégal glousse /
'Plage': le chevalier guignette / 1 échasse blanche passe [>Lampsar 'doux']

dimanche 20 mars 2011

20, quatre aigrettes ardoisées parmi les ardéidés

* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

MATIN-
'Plage': 1 bergeronnette grise (motacilla alba), 1 bergeronnette printanière (motacilla flava ssp. flava) en plumage quasi nuptial
10h45, vu 'mon' balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey), en compagnie de 2 milans parasites (milvus migrans ssp. parasitus), survoler les eaux vers la baie de Dakhar-Bango
10 spatules blanches d'Europe (platalea leucorodia, european spoonbill) en vol S>N [fleuve Sénégal]
1 hirondelle de rivage (riparia riparia, common sand martin) en vol S>N [marigot de Lampsar]
Jardin: dans le terminalia qui a recouvré son vert feuillage printanier, juste au dessus des 2 taphiens à ventre blanc (taphozus mauritianus), 1 serin à croupion blanc (serinus leucopygius, white-rumped seedeater), 1 fauvette passerinette (sylvia cantillans, subalpine warbler), 2 tourterelles maillées (streptopelia senegalensis)

Nota: dans une pirogue, deux ados disposent dans le courant du marigot un très long filin auquel ils accrochent une série d'hameçons appâtés.

APREM'-
13h45, 1 pic goertan (dendropicos goertae, grey woodpecker) mâle tambourine dans le flamboyant dépouillé de ses feuilles
14h30, le balbuzard saisit avec les serres un poisson, pas très loin des pièges hameçonnés. A proximité des appâts, quelques mouettes à tête grise (larus cirrocephalus) flottent, perplexes, tandis que des milans parasites encore immatures tentent de ramasser les poissons ficelés qu'ils relâchent vite, heureusement, quand les rapaces remontent dans les airs...
Vers Dakhar-Bango, 2 pélicans gris (pelecanus rufescens, pink-backed pelican) pêchent tranquillement au fil de l'eau
Entendu: les pygargues vocifères (haliaeetus vocifer)

SOIR, 19h-19h45-
Marée montante, sur les vasières de Thiolet:

Outre 2 chevaliers aboyeurs (tringa nebularia), présence de 50 à 60 ardéidés: moins de hérons cendrés (ardea cinerea) mais une augmentation des egretta: aigrettes garzettes (egretta garzetta), grandes aigrettes (egretta alba), aigrettes des récifs (egretta gularis). Il y a surtout, suivies par des aigrettes des récifs, 4 aigrettes ardoisées (héron noir, egretta ardesiaca, black heron), en train de pêcher avec leur technique si particulière. Elles avancent dans l'eau de concert, se regroupent en cercle et ouvrent soudainement les ailes en ombrelle au dessus de la tête avant de piquer du bec petits poissons, mollusques et autres petits vertébrés sous le parapluie ! Spectaculaire !

Ci-dessus: aigrettes ardoisées en 'canopy feeding posture', Madagascar est / Photo par Neil Strickland, DR

vendredi 18 mars 2011

18, joie: un jeune milan sauvé de la noyade


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

APREM', 12h45-15h25-
Aux jumelles j'observe un milan parasite (milvus migrans ssp. parasitus, yellow billed kite) en train de se débattre dans l'eau, près des bosquets de palétuviers (12h45). Le rapace qui boit la tasse est 'réactivé' par d'autres milans qui arrivent en nombre et font des passages serres pendantes au dessus de leur congénère en mauvaise posture afin de lui redresser la tête hors de l'eau. Toutes ailes ouvertes, le milan réussit laborieusement à ramer pour se rapprocher des racines aériennes des palétuviers les plus proches, et ne pas être emporté au large par les courants du marigot. J'envoie le jeune Abdoulaye vers la digue des deux Lampsar pour demander aux enfants de pêcheurs s'ils peuvent se porter au secours de l'infortuné. Moyennant quelques dédommagements sonnants et trébuchants, les gamins acceptent de déporter leur pirogue vers la mangrove ("- Autrement, nous, on le laisse..." - ils ne mangent pas l'éboueur des airs...), pour tenter de sauver l'oiseau. C'est un jeune milan qui n'est pas encore l'expert es voltiges que sont ses parents: j'imagine que le rapace a voulu ramasser un poisson mort à la surface du marigot mais que ce poisson  retenu par un fil de nylon l'a attiré violemment à l'eau avant que le jeune milan n'ait le réflexe de lâcher prise. Trempé et épuisé, le maladroit - qui n'a rien de cassé-, est ramené à la maison sous une nuée de congénères qui crient et amorcent des piqués sur la pirogue des gosses (cf. photo ci-dessous).














Séchage ailes ouvertes en plein soleil; un peu d'eau douce pour chasser l'absorption de sel; séance de 'destress', et reprise de forces: à l'aide de baguettes chinoises j'enfonce jusqu'à la glotte du juvénile qui ne refuse pas la becquée, bien au contraire, un mélange humide de mie et de sardines. Vers 15h, je juche le milan sec et apaisé sur une branche du flamboyant. Souïmangas et bulbuls arrivent aussitôt à proximité (cf. photo ci-dessous à g.), peu enthousiasmés par la présence inopinée du rapace. Moins d'une demi heure plus tard (15h25), je vois le milan prendre son envol, s'élancer au dessus du Lampsar, amorcer un large demi cercle (cf. photo en bas), survoler le quartier et rejoindre les acacias de la 'forêt' voisine de la caserne militaire. Hourra !


Ci-contre et ci-dessous: un milan repêché avant noyade... Séchage, réconfort alimentaire, repos puis envol...
/ Photos par Frédéric Bacuez

18, tristesse: un bihoreau noyé au bout du fil


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

Aparté: le vieux chef du village est décédé, cette nuit.

MATIN, 9h-

Sur la berge, nous sortons de l'eau du marigot un adulte de bihoreau gris, mort les yeux ouverts. Probablement noyé après s'être débattu au milieu du plan d'eau, par une nuit de belle lune. Dans le bec jusqu'au moins la gorge, le long et gros fil de nylon hameçonné des garçons qui ont parsemé le marigot de leurs pièges, hier en fin d'après-midi... avant de rentrer à la maison. Voilà le résultat. C'est peut-être le bihoreau qui avait ses habitudes noctambules devant la maison, entre la grille du voisin et la pirogue amarrée. C'est fini. Gratuitement, même pas pour manger. Juste pour le plaisir de la stupide oisiveté des petits d'hommes. Je me demande bien, dans ce pays obsédé jusqu'au ridicule par les saints, prophètes et autres marabouts, les leurs, par les transes mystiques à longueur de jour et de nuit, par les psalmodies démonstratives de feuillets pondus on ne sait par qui et où, si ces gens-là ont réellement lu le Coran, le vrai, et ce que leurs imams (leur) racontent à longueur de leurs interminables prêches. Assurément pas le respect de la vie. Il en va de religion comme de l'humour, je suis certain qu'il ne faudrait pas en parler à et avec n'importe qui, en tout cas certainement pas aux illettrés !

En haut et ci-dessous: 2011 03 18 9h15, bihoreau gris adulte mort hameçonné et noyé, la nuit passée dans le marigot de Lampsar...
/ Photos par Frédéric Bacuez

jeudi 17 mars 2011

17, une hirondelle de rivage tombée du ciel, morte


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

MATIN-
1 fauvette grisette (sylvia communis, common whitethroat) est repoussée du jardin par l'hypolaïs obscure (hippolais opaca, western olivaceous warbler): probable passereau en transit migratoire...
Sur la plage: 1 bergeronnette printanière (motacilla flava ssp. flava, yellow wagtail) + 2 bergeronnettes grises (motacillla alba, white wagtail) en plumage parfaitement nuptial, désormais: toutes prêtes pour le grand voyage prénuptial !

APREM', 15h15-
1 hirondelle de rivage (riparia riparia, common sand martin) est sur le sable de la cour, ailes écartées, devant un jeune chat surpris de voir l'oiseau, tombé du ciel, immobile devant lui... La frêle petite bête est agonisante, bientôt décédée: morte de vieillesse, d'épuisement sur la route prénuptiale du nord, de fièvre aviaire, de rayonnement radioactif ? Les causes mortelles ne manquent pas, en effet, chez les autres espèces vivantes qui n'en demandaient peut-être pas tant...
SOIR-
Braconnage, toujours: en fin d'après-midi, plusieurs gamins, toujours les mêmes, disposent leurs longs fils de nylon hameçonnés et appâtés autour du marigot: à plusieurs branches enfoncées dans la vase et aux racines aériennes des palétuviers rouges, et même au beau milieu du plan d'eau, reliés aux 'bouées' des grands filets de leurs pères pêcheurs... D'autres garçons s'enfoncent dans la petite baie de Lampsar-bolong de Khaye pour accrocher leurs pièges à un arbuste déraciné et ensablé sur lequel se posent quelques cormorans africains et des alcyons pies.
'Mon' balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey), vu à trois reprises cet après-midi, survole les appâts et tente de saisir par les serres un poisson piégé; en remontant dans les airs, il relâche vite la prise. Les milans parasites qui font de même ne forcent pas plus... Le balbu se déporte vers la baie, y fait le saint-esprit et plonge dans un grand fracas d'eau, au fond de l'anse, heureusement loin des hameçons... A 18h30, le rapace passe du coté 'doux' du Lampsar.

Comme hier au crépuscule, des centaines de dendrocygnes sp. (dendrocygna sp., whistling duck sp.) volent partout au dessus de Thiolet et se dirigent progressivement par groupes vers le Lampsar doux, sur les sites de gagnage nocturne.
9 bihoreaux gris (nycticorax nycticorax, black crowned night heron) décollent des mangroves en criant et font des rondes dans le ciel avant de s'éloigner vers le nord-est: comme l'an passé, les premiers exercices de regroupement migratoire...

mercredi 16 mars 2011

16, matin bonne heure sur le Lampsar

Ci-dessus: 2011 03 16 7h55, vol de colious huppés traversant le Lampsar saumâtre / Photo par Frédéric Bacuez


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -
Après le grand vent des 14 et 15 mars...

MATIN, 6h40-9h05-
Hautes eaux.
  • 6h40,  les bulbuls des jardins (pycnonotus barbatus ssp. inornatus, common bulbul) sont les premiers à chanter, ce matin.
  • 6h45, les dendrocygnes sp. (dendrocygna sp.) retournent au reposoir diurne de la pointe Thiolet . 21 aigrettes de 3 sp. (egretta sp.) dans les palétuviers rouges riverains du marigot (20 + 1 ind., dortoir nocturne): grandes aigrettes (egretta alba), aigrettes garzettes (egretta garzetta), hérons garde-boeufs (bubulcus ibis). Sans oublier les bihoreaux gris (nycticorax nycticorax, black-crowned night heron) et quelques crabiers chevelus (ardeola ralloides, squacco heron), moins visibles. Quelques hérons cendrés (ardea cinerea, grey heron) devant les bosquets.
  • 7h, premiers milans parasites (à bec jaune, milvus aegyptius ssp. parasitus, yellow-billed kite) dans le ciel du marigot / 5 hérons garde-boeufs (bubulcus ibis) en vol matinal vers Saint-Louis [NE>SO]
  • 7h05, apparition du faucon pèlerin (falco peregrinus ssp., peregrine falcon) planant contre le vent au dessus des milans parasites (milvus parasitus) dans le ciel de la caserne (jusqu'à 7h25, cf. notule annexe). 1 échasse blanche (himantopus himantopus, black-winged stilt) [rive bangotine>mangroves]
  • 7h10, dans le jardin: 1 pic goertan (dendropicos goertae, grey woodpecker) + 1 camaroptère à dos gris (camaroptera brachyura, grey-backed camaroptera) entendus. Sur la 'plage': les 2 espèces de bergeronnettes (motacilla alba et motacilla flava) en plumage nuptial, désormais. Marigot: premières mouettes à tête grise (larus cirrocephalus ssp. poiiocephalus, grey-headed gull) et sternes caspiennes (sterna caspia, caspian tern) [>Lampsar 'doux']
  • 7h15, 'mon' balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey) arrive [du Lampsar 'doux'] et va pêcher presque dans la passe de Thiolet
  • 7h20, les alcyons pies (ceryle rudis, pied kingfisher) commencent leur journée / En vol par dessus le marigot: capucins bec d'argent (euodice cantans, african silverbill), bergeronnettes grises (motacilla alba, white wagtail), 2 + 2 pipits sp. (pipit sp.) en vol S>N. Entendu au loin: les guêpiers de Perse (merops persicus, blue-cheeked bee-eater) et 1 gonolek de Barbarie (laniarius barbarus, yellow-crowned gonolek). Passage de goélands bruns (larus fuscus, lesser black-backed gull) et 1 mouette rieuse (larus ridibundus, black-headed gull).

Ci-dessus: 7h20, aigrette des récifs versus aigrette garzette, je t'aime moi non plus... / Photo par Frédéric Bacuez

  • 7h35, 1 + 7 + 7 + 5 grands cormorans à poitrine blanche (phalacrocorax carbo ssp. lucidus, white-breasted cormorant), en vol / 1 crabier chevelu (ardeola ralloides) en vol au dessus du jardin [S>N]
  • 7h40, 4 cormorans africains (phalacrocorax africanus) en vol [venant du Lampsar 'doux'] / 15+ guêpiers de Perse (merops persicus) au dessus du marigot [venant de Bango]
  • 7h45, 11 avocettes élégantes (recurvirostra avosetta, pied avocet) font un aller et retour [delta>digue de Bango] au ras des eaux du marigot, devant les mangroves: probables migratrices prénuptiales... pas encore bien dirigées par leur leader ! 1 pélican gris (pelecanus rufescens, pink-backed pelican) rejoint les eaux basses devant les mangroves [venant de Bango]; un peu plus tard, il se hissera dans un bosquet de palétuviers - comme l'an passé à même époque !?- dont il chasse 1 héron cendré (ardea cinerea) ! Sur la plage: le chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper), toujours là. Nombreuses troupes de tisserins à tête noire (ploceus melanocephalus, black-headed weaver) traversant le marigot [venant des mangroves et plaines alluviales]. 6 + 1 colious huppés (urocorius macrourus, blue-naped mousebird) traversent le marigot [S>N] (cf. photo en haut). Dans le jardin: l'hypolaïs obscure (hippolais opaca, western olivaceous warbler), toujours là / 1 moineau gris (passer griseus, northern grey-headed sparrow), picore au sol. Marigot, en vol: 1 tourterelle masquée (oena capensis) / 2 tourterelles pleureuses (streptopelia decipiens) / 5 + 10 pigeons roussards (de Guinée, columba guinea) [SO>NE] / 1 spatule blanche (d'Europe, platalea leucorodia, eurasian spoonbill) [>Lampsar 'doux']
  • 8h05, 1 sterne royale (sterna maxima, royal tern) pêche avec délicatesse - au contraire de ses cousines caspiennes ! Dendrocygnes veufs (dendrocygna viduata) en vol
  • 9h, 'mon' balbuzard pêcheur (pandion haliaetus) est taquiné dans le ciel du marigot par 1 corbeau pie (corvus albus, pied crow); le balbu ramasse un poisson de surface avec délicatesse, aussi, sans plonger...

mardi 15 mars 2011

15-16, le pèlerin défrise un tisserin au dessus du Lampsar !

Ci-dessus: 2011 03 15 18h30, faucon pèlerin au dessus de mon jardin / Photo par Frédéric Bacuez

* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

Hier soir (18h30-18h55) et ce matin (7h05-7h25), j'observe le même faucon pèlerin (falco peregrinus, peregrine falcon) déjà vu le 14 mars (cf. notules précédentes *) chassant au dessus du marigot de Lampsar saumâtre.

- 2011 03 15 soir:
A 18h30, effet de surprise garanti ! Comme une fusée venue de je ne sais où, le faucon pèlerin percute à quelques mètres de moi un tisserin qui a juste le temps d'amorcer une esquive pour rester en vie et ne perdre dans l'attaque que quelques plumes duveteuses ... Je crois que le faucon - le plus rapide des oiseaux de proie, dont un vol piqué a été mesuré à 389 km/h en 2005 !- m'a aperçu en toute fin de course, à la proue de ma balustrade, et a tenté de freiner avant de voler dans les plumes de sa proie - qui me doit peut-être la vie sauve ! Emporté par son élan, le pèlerin finit sa course au dessus du flamboyant de mon jardin, fait demi tour, se stabilise grâce aux vents contraires (cf. photo ci-dessus), et part vers la caserne militaire.
Chaque soir, les tisserins à tête noire (ploceus melanocephalus, black-headed weaver) qui vont dormir dans les arbres et typhaies de la plaine alluviale font halte au bord du marigot avant de traverser le plan d'eau, dangereux car à découvert; souvent, les tisserins s'élancent et rebroussent chemin, se reposant sur les prosopis ou les eucalyptus riverains pour attendre des renforts, et reprendre en nombre l'aventure du Rubicon... On comprend pourquoi ce faucon pèlerin en stand-by migratoire a trouvé le site propice à la chasse.
Jusqu'à 18h55, le faucon pèlerin se positionne contre le vent (du nord/nord-ouest) et fait beaucoup de sur-place au dessus des berges de la caserne militaire, en altitude au dessus des milans parasites (à bec jaune, milvus migrans ssp. parasitus, yellow billed kite); lesquels parfois tentent de repousser l'intrus... A 18h55, le pèlerin remonte le marigot à petite vitesse et passe de l'autre coté, sur le Lampsar d'eau douce.

- 2011 03 16 matin:
Le faucon pèlerin réapparaît à 7h05, planant au dessus des berges de la caserne militaire. Je ne le vois pas fondre sur de potentielle(s) proie(s), mais le rapace disparaît à 7h25. Pendant dix minutes, du coté de la pointe de la caserne, pas loin de la passe de Thiolet, ce sont trois strates de rapaces qui se superposent dans les airs: au dessus des eaux, 'mon' balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey), arrivé du Lampsar 'doux' à 7h15 et qui ramasse délicatement - c'est rare !- un poisson de surface au beau milieu du marigot, puis les milans parasites, et, en altitude, le faucon pèlerin: c'est chouette...

* Lire:
http://ornithondar.blogspot.com/2011/01/27-un-faucon-pelerin-europeen-hiverne.html

lundi 14 mars 2011

14, sterne et cormoran, illico déshabillés !


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

MIDI-
'Il' remet le couvert !... Le jeune braconnier a piégé un autre grand cormoran (phalacrocorax carbo ssp. lucidus, white breasted cormorant); je le vois courir sur les vasières recouvertes par la marée montante, récupérer sa proie, et tenant la bête par le cou, aussitôt réarmorcer son filin hameçonné avec le poisson dégluti... De retour à la digue, où une sterne caspienne (sterna caspia, caspian tern) attend aussi son triste sort, l'adolescent tombe sur son grand frère... qui réquisitionne les volatiles, les égorge dans les rites levantins et les déshabille illico dans la pirogue qui longe la berge bangotine pour passer devant la cour familiale... De la viande rouge gratis dans le tiep, ça change de l'ordinaire aquatique ! Mon reporter, A., me dit: "ils sont très nombreux, dans cette famille"... Ah bon ?





En haut: 2011 03 14 midi, grand cormoran déplumé prêt  à l'emploi...
/ Photo A. pour Ornithondar, DR

Ci-contre: 2011 03 13. Le braconnier et son cormoran à bout de bras, devant les mangroves du Lampsar saumâtre

/ Photo par Frédéric Bacuez 



Ci-dessus:

A g., AUJOURD'HUI,
2011 03 14, grand cormoran à poitrine blanche et sterne caspienne, à vif
A d., HIER,
2011 03 13, grand cormoran à poitrine blanche exhibé après sa capture

Ci-contre: la 'viande', entre l'amarre et la réserve d'essence
/ Photos A. pour Ornithondar, DR

14, un faucon pèlerin 'pêche' une tourterelle en plein vol

Ci-dessus: 2011 01 27 midi, faucon pèlerin ssp. probable calidus ou intermédiaire avec peregrinus, en vol près de l'antenne de la RTS, pointe nord de l'île de Ndar
/ Courtesy photo par John Wright pour Wright's wanderings et Ornithondar, tous droits réservés

* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

MATIN, 7h-8h-
Observation matinale de 2 faucons pèlerins (falco peregrinus ssp., peregrine falcon) au dessus du marigot saumâtre:
7h40, un premier faucon pèlerin en vol remonte le Lampsar vers l'amont - même observation matinale que le 2011 02 18 à 7h15.
~7h55, un deuxième faucon pèlerin en vol au ras des bosquets de la mangrove vient percuter une tourterelle sp. (maillée ?) qui s'élance des palétuviers pour franchir le Lampsar. Imméditament saisi par les serres en plein vol et une fraction de secondes, l'oiseau est emporté par le redoutable chasseur vers l'intérieur des mangroves.

Nota: en hiver, j'observe le faucon pèlerin sur deux sites du delta saint-louisien, 2 ind. du coté des rizières du Lampsar, entre Sanar et Mboubeune, et 1 ind. à la pointe nord de l'île patrimoniale de Saint-Louis, entre la Langue de Barbarie de Sal Sal, les îles Temesna et Ndar. Le faucon sorti comme un missile des mangroves est probablement un oiseau en halte migratoire prénuptiale, ou l'un de ceux précédemment signalés, en erratisme pré-migratoire: un bon petit déjeuner avant de traverser le Sahara ? *

* Lire aussi:
http://ornithondar.blogspot.com/2011/03/15-le-faucon-pelerin-deplume-un.html
http://ornithondar.blogspot.com/2011/01/27-un-faucon-pelerin-europeen-hiverne.html

12-14, des indices de migration prénuptiale


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -
Temps: fraîcheur stable depuis quelques jours; importantes et jolies entrées maritimes, ce matin

En haut et ci-dessous: 2011 03 14 7h35, entrées maritimes matinales et vol de hérons cendrés sur le Lampsar
/ Photos par Frédéric Bacuez

- 2011 03 14:
MATIN, 7h30-9h15-
7h35, un vol  de 12 hérons cendrés (ardea cinerea, grey heron) par dessus le jardin et le marigot [S>N, cf. photo ci-contre]
4 grands gravelots (charadrius hiaticula, common ringed plover) font un demi cercle dans le ciel bangotin [N>S>E>N]
Importante reprise des vols de goélands bruns (larus fuscus, lesser black-backed gull), de tous âges et par groupes de 9 à 25 ind. cerclant dans les faibles ascendants pour prendre de la vitesse, via le Lampsar [>Lampsar 'doux']
1 busard des roseaux (circus aeruginosus, eurasian marsh harrier) passe, avec quelques dendrocygnes (dendrocygna viduata), au dessus des mangroves [SO>NE]
24 spatules blanches d'Europe (platalea leucorodia, european spoonbill) en vol au dessus du fleuve Sénégal, en ligne [S>N]
9h, 13 chevaliers aboyeurs (tringa nebularia, common greenshank) regroupés au pied des palétuviers de Thiolet, en instance de départ migratoire


SOIR, 17h-

Reprise des vols de goélands bruns [surtout >Lampsar 'doux']

-2011 03 12:
MATIN, 9h15-9h45-
Augmentation des hérons cendrés présents au long des vasières à palétuviers de Thiolet: un nombre important de juvéniles et immatures, et un regroupement de ~10 ind. près des roselières de massettes [Dakhar-Bango]
Sur les vasières: nombre exceptionnellement élevé de grands gravelots, très actifs, par petits groupes de ~5, avec un effectif normal de chevaliers guignettes
Outre les 4 chevaliers aboyeurs hivernants (deux duos), en compagnie d'1 chevalier gambette, il y a un regroupement ou une halte migratoire de ~20 chevaliers aboyeurs au débouché du bolong de Dakhar-Bango, à proximité des dendrocygnes veufs de la péninsule de Thiolet.
Sur la berge bangotine, devant la caserne militaire: 3 hérons cendrés et aussi 1 courlis corlieu [pointe sud de la passe de Thiolet]
SOIR, 17h30-
8 échasses blanches en plumage contrasté (phase nuptiale) font des virevoltes entre les massifs de palétuviers, se posent brièvement au bord des eaux, puis se décident à reprendre leur vol [via la baie de Lampsar-bolong de Khaye>Lampsar 'doux']

dimanche 13 mars 2011

13, le grand cormoran au bout d'un hameçon


* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

APREM'-
Depuis quelques jours, une petite troupe de grands cormorans à poitrine blanche (phalacrocorax carbo ssp. lucidus, white breasted cormorant), installée au débouché du Lampsar dans le delta, vient pêcher collectivement dans les eaux du marigot, devant les blocs de palétuviers. Ce sont quasiment tous des immatures et subadultes: encore le cou légèrement marbré de brun, pas encore de tache blanche marquée à la cuisse. Ils sont une quinzaine en meute compacte à nager et plonger ensemble dans les bancs de poissons qui vont et viennent avec les marées.
L'ado oisif qui a la passion très sénégalaise de 'la pêche aux oiseaux' a vite compris le parti qu'il pourrait tirer de ces volatiles qu'on apprivoise en Extrème Orient pour en faire des alliés des pêcheurs - mais que les pisciculteurs européens abattent pour délit de concurrence "déloyale"... Ici, à défaut de plomb, ou de boulot, et de scolarité, et d'autorité parentale, et de sensiblerie écolo, et de participation d'un dessein commun, on a des idées juvéniles pour tuer le temps, et tuer. L'âme concupiscente de l'européen envisagera vite un problème de faim, ça me fait marrer: il s'agit seulement de pays sans cap où les parvenus sont absents des campagnes incultes, gorgées de gosses à l'abandon, sans avenir, aussi décérébrés que les adultes qui font ce qu'ils peuvent pour s'en sortir, en refusant de voir que rien ne va, dans ce pays, dans ces pays-là où le 'progrès' concerne tout ce qui brille et se voit immédiatement mais jamais l'instruction des masses, aux résultats trop lointains et pas rentables au regard d'une élection présidentielle...
Bref, l'ado oisif a installé ses appâts hameçonnés près d'un bosquet de palétuviers. Un grand cormoran a gobé le poisson, avec l'hameçon, et s'est débattu pendant une heure, accompagné dans ses souffrances par un congénère impuissant, avant que le braconnier ne revienne chercher la bête. Le délicat garçon lui a plié le cou, croisé les ailes par dessus pour l'immobiliser, jeté la chose au fond de la pirogue, réamorcé les pièges de nylon chinois, et rapporté le supplicié au débarcadère, à la grande joie innocemment sadique des enfants qui y traînent leur ennui, jour après jour.

En haut et ci-dessous: grand cormoran à poitrine blanche hameçonné par les enfants de Bango / Photos A. pour Ornithondar, DR

13, les barbicans d'Eddy font toujours le Narcisse


Ci-dessus: 2011 03 13, deux barbicans à poitrine rouge tambourinent les vitres dans lesquelles ils se mirent !
/ Courtesy photo par Eddy Graeff pour Ornithondar

* Bango. Impasse Gustave Pelloux -

Les spectaculaires barbicans à poitrine rouge fréquentent toujours assidument le jardin de l'ami Eddy. Aujourd'hui, deux des clowns ont été pris en flagrant délit de narcissisme - ou d'auto agression !- devant les  fenêtres de sa maison, à tambouriner leur propre reflet dans les vitres (cf. photo ci-dessus).

En rappel:
- Le barbican à poitrine rouge (lybius dubius, bearded barbet), comme l'hippopotame amphibie et le rat géant de Gambie, n'est pas (re)connu pour être présent dans le bas delta du fleuve Sénégal: on  rencontre les premiers individus au sud du 14°30 N ! Le barbican est pourtant résident à l'année, au moins très localement depuis le début du siècle, à Bango, 16°04 N, sur au moins deux sites de nidification, au sud et à l'ouest de son petit lac - lac en péril dans l'indifférence collective.
- Deux femelles d'hippopotames amphibies (hippopotamus amphibius, hippopotamus) ont élu domicile à la confluence des rivières Lampsar et Ngalam, près de Sanar, après avoir descendu le fleuve Sénégal au début des années 90 de l'autre siècle, poussant l'aventure jusqu'au pont Faidherbe de Saint-Louis à la grande stupéfaction de ses habitants. Les premiers hippos du Sénégal se rencontrent vers la Falémé et le Niokolo Koba, à des centaines de kilomètres au sud-est du Lampsar ! *
- Quant au rat géant de Gambie (dit rat voleur, cricetomyx gambianus, gambian giant pouched rat), il habite les jardins et vergers de Bango depuis plusieurs décennies: omnivore friand de mangues et autres fruits de notre oasis, le rat est ici piégé, lapidé ou noyé puis jeté quand partout ailleurs en Afrique des savanes et des forêts où l'animal existe depuis des temps immémoriaux, on le mange... Ah, la cuisse du rat voleur... Pour elle on passerait des journées entières à creuser ses terriers, on mettrait le feu aux nérés et karités pour le déloger de leurs racines... C'est vrai que celui qui loge dans mon jardin fait de ces tranchées, pire qu'une taupe ! En plus il lessive tous les plats des chats et chiens sans même y laisser une miette pour les moineaux et bulbuls du matin... J'vais finir par le bouffer !

* Voir la dernière notule: http://ornithondar.blogspot.com/2011/02/25-les-hippos-revenus-mais-pas-vus.html
Egalement à la Une de www.saintlouisdusenegal.com/
Et un article à  http://www.saintlouisdusenegal.com/art_hippo.php

Nombre total de pages vues