" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

mardi 24 novembre 2015

24, Ndiaël: un superbe immature de circaète Jean-Le-Blanc !


Ci-dessus: deux circaètes Jean-Le-Blanc, immature au plumage parfait (à g.) et adulte () d.)
2015 11 24 aprem' / Courtesy © photos par Daniel Mignot pour Ornithondar

* Réserve spéciale d'avifaune du Ndiaël (RSAN) -

APREM'-
Tournée d'inspection du Ndiaël par nos amis Alix & Daniel Mignot avec, à la clé d'un bel après-midi, pour les plus remarquables: 
  • deux chacals dorés (canis aureus)
  • des guêpiers de Perse (merops persicus ssp. chrysocercus) dont de nombreux juvéniles de l'année, 
  • un mâle d'anhinga d'Afrique (anhinga rufa) sur le Nyéti Yone  
  • quelques oies-armées de Gambie (plectropterus gambensis) juvéniles de l'année et un ad. à l'envol sur le Nyéti Yone 
  • un élanion blanc (elanus caeruleus), local  
  • un faucon crécerelle (falco t. tinnunculus), hivernant. 
  • Et deux circaètes Jean-Le-Blanc (circaetus gallicus, short-toed snake eagle), un adulte et un immature du plus beau plumage (cf. photos ci-dessus), blanchâtre et pas roussâtre comme il habille les plus juvéniles.

Voir les photos de Daniel: ICI sur Facebook (2015 11 24 dans le Ndiaël) et encore LA sur Facebook (2015 11 25 dans le Gandiolais)

Sur les circaètes Jean-Le-Blanc:
Un très bel article dans Esprit de pays (Dordogne Nature, France): Le circaète Jean-Le-Blanc, un rapace mangeur de serpents, par Serge Fagette 2015 05 16
Et: Un circaète a niché en Suisse !, in Oiseaux.CH (Suisse) par Lionel Maumary 2012 09 12

jeudi 19 novembre 2015

19, Trois-Marigots et Aguima: des pâturages pour les cryptiques

Courvite de Temminck, quelque part au nord des Trois-Marigots
2015 11 19, 16h04 / © Photo par Frédéric Bacuez

* Aire communautaire patrimoniale des Trois-Marigots:
 Zones cynégétiques de Ndiassew-N'Guisset / Petit Peuhl / Aguima-

10h05-18h -
Avec Véronique, Alix & Daniel Mignot
En véhicule 4x4. Pique-nique sur dune à acacias.
Temps: températures clémentes, ciel bleuâtre avec quelques suspensions sablonneuses, mais le plus souvent chevelu, traversé de longues écharpes blanches. Soleil à l'occident voilé de gris à partir de 16h.

Ci-contre: depuis l'orient dunaire, vue sur le marigot de N'Guisset alias '3e marigot'
2015 11 19, 12h / © Photo par Frédéric Bacuez


Voir les photos des paysages du jour:
ICI sur la page Facebook d'Ornithondar et ICI sur ma page Facebook personnelle [en accès public]

Grande virée dans les brousses dunaires des Trois-Marigots et le no-man's land complexe qui fait le lien entre les tannes septentrionales des marigots de Ndiassew et de N'Guisset, et les mares dites d'Aguima, dans les zones amodiées de chasse - avant l'ouverture de la traque, si chasseur vient... Terrains pourtant régénérés par la pluie, avec des bas-fonds, des points d'eau et des herbiers propices à la vie animale. Bien que dans la zone Aguima, on s'en rend vite compte, la saison a été plus chiche que dans les Trois-Marigots ou le Ndiaël, pourtant situés à quelques kilomètres au sud et à l'ouest ! Ici, la longue mare comme un marigot est envahie par les végétaux mais déjà presque à sec: seuls quelques trous d'eau peu profonde accueillent pour l'heure, en nombre réduit, des combattants variés (philomachus pugnax), quelques échasses blanches (himantopus himantopus) et les premiers bécasseaux minutes (calidris minuta) des vasières...

Le jaune est mis - les mimétiques sont dans la place !

Des horizons infinis d'herbages ! Le bétail pléthorique va bientôt rentrer de l'hinterland pour tondre et piétiner tout cela ! En attendant, dans ces ondulations rases et jaunes sur sols orangés, les oiseaux au plumage cryptique s'en donnent à plumes-joie pour tromper l'ornithologue, se dissimuler au regard, aux jumelles et à l'objectif photographique... Les moinelettes des deux espèces (ereptomerix leucotis et nigriceps), les cochevis huppés (galerida cristata) et autres alouettes sont surprises au dernier instant. Dans les savanes, tout particulièrement celles d'un territoire lointain que nous appelons le '4e marigot', en fait un replat au pied d'un long cordon dunaire rouge, ce sont des centaines de tourterelles masquées (oena capensis) et de tourterelles maillées (streptopelia senegalensis) qui s'élèvent des herbes jaunes au passage de notre voiture - rarement vu autant de colombidés ! Les plus grosses espèces se confondent avec leur habitat, même quand elles sont de sortie pour becqueter ou gagner l'abreuvoir: deux courvites de Temminck (cursor temminckii) solitaires - les autres devaient être immobiles dans les parages; une outarde de Savile (lophotis savilei), la plus petite de toutes nos outardes sahélo-soudaniennes, n'a que son cou pour être repérée quand celui-ci se redresse et émerge des herbes ! Idem pour les plus petits des oiseaux, si colorés pendant la mousson: les plocididés, estrildidés et autres viduidés arborent désormais leur plumage de saison, au mieux du roussâtre avec quelques soupçons jaunâtres et noirâtres (tisserins, combassous, veuves), au pire du gris indéfini qui efface pour sept mois l'exubérance rouge et jaune vif des temps humides (euplectes) !

A défaut du rare turnix (ortyxelos meiffrenii et turnix sylvaticus ssp. lepurana), impossible à déceler et entrevoir si l'on ne marche pas pendant des heures dans les coins et recoins les plus inhospitaliers de ces herbages - vive le cram cram !-, on lèvera aisément des gangas à ventre brun (pterocles exustus), mimétiques sur les sables recouverts de brindilles et débris végétaux. On apercevra parfois, comme ce jour et de septembre à mars, deux petites boules de plumes quitter précipitamment le bord de la piste pour s'enfoncer dans le jaune des herbes rases: des cailles des blés (coturnix coturnix) ! Le véhicule s'arrêtera là où les petites choses ont regagné le couvert, à peine plus haut qu'une dizaine de centimètres... On descendra de voiture, l'appareil photo fébrile, en marchant benoîtement derrière les hypothétiques fugitives, là-bas vers les buissons... Rien n'a pourtant remué, aucun brin d'herbe tremblante au passage des cailles - un grand classique ! On se résigne, dépité, à remonter dans le bahut, qui tient toute la largeur de l'étroit passage dans la brousse et ses sables. A quelques centimètres de la portière, je ne sais pourquoi, ni comment, mais à mes pieds je devine une chose: une caille immobile, blottie au sol, sous les herbes jaunes et les... cram cram... Juste le temps d'allonger le pas pour enjamber l'oiseau qui ne bouge pas d'un millimètre ! Pas même quand trois photographes l'encerclent soudainement et, après l'avoir approximativement deviné, le fusillent... à quelques centimètres au bout de la focale, à portée de main... (cf. photo ci-dessous)


Caille des blés cryptique !
2015 11 19, 15h55 / © Photo par Frédéric Bacuez



OISEAUX / 71 espèces cochées (+ 1 sp. morte), 5 sp. entendues
MAMMIFÈRES / 3 espèces cochées
REPTILES / 1 espèce vue
AUTRES / 2 espèces

Vu:
  • Grèbe castagneux (tachybaptus ruficollis ssp. capensis, little grebe), 2 ind. locaux [Khant nord, carrières inondées]
  • Cormoran africain (phalacrocorax africanuslong-tailed cormorant)
  • Anhinga (roux) d'Afrique (anhinga rufa, african darter), 2 ind. [Ngalam/Ndiassew-N'Guisset]
  • Héron strié (butorides striatagreen-backed heron), 1 ind. ad. [digue de Khant nord] 
  • Crabier chevelu (ardeola ralloidessquacco heron)
  • Héron garde-boeuf (bubulcus ibiscattle egret
  • Aigrette (dimorphe) des récifs (egretta gulariswestern reef egret)
  • Aigrette garzette (egretta garzettalittle egret)
  • Grande aigrette (egretta albagreat egret)
  • Héron cendré (ardea cinerea, grey heron)
  • Oie-armée de Gambie (plectropterus gambensis, spur-winged goose), 3 à 4 ind. [prairies du Ngalam/Ndiassew-N'Guisset]
  • Dendrocygne fauve (dendrocygna bicolorfulvous whisting duck), le plus souvent par cc et localisés dans le lit des 2e et 3e marigots, en particulier sur les herbiers [Ndiassew et N'Guisset]
  • Dendrocygne veuf (dendrocygna viduatawhite-faced whistling duck), quelques groupes peu fournis
  • Balbuzard pêcheur (pandion haliaetusosprey), 1 à 2 ind. dont un sujet bagué (Lire ICI sur Ornithondar)
  • Milan noir (milvus migrans ssp. migransblack kite), quelques ind. [environs d'une décharge 'sauvage', zone de Toddé]
  • Busard cendré (circus pygargusMontagu's harrier), 1 ind. mâle + 3 ind. rejoignant un dortoir nocturne au sol, avec trois busards des roseaux [lit asséché du Khant nord]
  • Busard des roseaux (circus aeruginosuswestern marsh harrier), ~10 ind. en tout - dont un seul mâle et  3 ind. au sol pour leur reposoir nocturne en train d'être rejoints par trois busards cendrés [lit asséché du Khant nord]
  • Circaète Jean-Le-Blanc (circaetus gallicusshort-toed snake eagle), 2 ind. volent en miaulant (cf. photo ci-dessous), mâle suivant une femelle (et 1 ind. au loin vers Gandon)
  • Francolin à double éperon (francolinus bicalcaratusdouble-spurred francolin), 1 ind. + 1 ind. [rive occidentale du Ndiassew]
  • Caille des blés (coturnix coturnix, common quail), 2 ind. sur le bord de la piste: entrent dans les herbes proches et s'immobilisent - je manque de marcher sur l'un d'eux, que j'enjambe à la dernière seconde ! (cf. photo ci-dessus)
  • Gallinule poule-d'eau (gallinula chloropuscommon moorhen), 1 ind. [Khant nord, carrières inondées]
  • Talève sultane (porphyrio porphyrio ssp. madagascariensis, african swamphen), 1 seul ind. visible
  • Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanusafrican jacana), nombreux sur les herbiers des grandes prairies [reliant le Ndiassew au N'Guisset]
  • Outarde de Savile (lophotis savilei, Savile's bustard), 1 ind. en train de se nourrir, en fin d'après-midi (17h30) [Khant nord] (cf. photo ci-dessous)
  • Echasse blanche (himantopus himantopusblack-winged stilt), 8+ ind. [mare Aguima] (cf. photo ci-dessous)
  • Courvite de Temminck (cursorius temminckii, Temminck's cursor), 1 ind. seul + 1 ind. seul (cf. photos en haut de notule et ci-dessous)
  • Vanneau (caronculé) du Sénégal (vanellus spinosusspur-winged lapwing), 2 ind. + groupe de 7+ ind. (avec des vanneaux éperonnés) + 2 ind. [Guyu Tylla] + 2 ind. [Khant nord]
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing)
  • Bécasseau minute (calidris minutalittle stint), groupe de ~30 ind. [mare Aguima]
  • Combattant varié (philomachus pugnaxruff), ~200 ind. [mare Aguima] (cf. photo ci-dessous)
  • Chevalier culblanc (tringa ochropusgreen sandpiper), 1 ind. [chenal nord 2e marigot]
  • Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), 1 à 2 ind. [mare Aguima] + 1 ind. [mare]
  • Chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper)
  • Ganga à ventre brun (pterocles exustuschestnut-bellied sandgrouse), groupe de 10 ind. au milieu de la piste sablonneuse [brousse entre 2e et 1er marigots]
  • Tourterelle masquée (oena capensisNamaqua dove), en très grand nombre [notamment '4e marigot']
  • Tourterelle maillée (streptopelia senegalensis, laughing dove), en très grand nombre
  • Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiensafrican mourning dove)
  • Tourterelle vineuse (streptopelia vinacea, vinaceous dove), dont cc dans un petit acacia
  • Guêpier de Perse (merops persicusblue-cheeked bee-eater), ~12 ind., sur les fils téléphoniques [zone de Toddé] + quelques uns ici et là
  • Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicusabyssinian roller), un minimm de 6 ind. (cf. photo ci-dessous)
  • Huppe fasciée eurasienne (upupa epops ssp. epops, european hoopoe), ~5 ind.
  • Calao à bec rouge (tockus e. kempired-billed hornbill), un minimum de 5 ind.
  • Pic goertan (dendropicos goertae, grey woodpecker), 1 ind. mâle + 1 ind. femelle [sur deux sites différents]
  • Cochevis huppé (galerida cristata ssp. senegallensiscrested lark)
  • Moinelette à oreillons blanc (eremopterix leucotis ssp. melanocephaluschestnut-backed sparrow lark), en grand nombre
  • Moinelette à front blanc (ereptomerix nigriceps ssp. albifrons, black-crowned sparrow lark), ici et là souvent au milieu des moinelettes à oreillons blancs
  • Hirondelle de rivage (riparia ripariacommon sand martin) (cf. photo ci-dessous)
  • Bergeronnette grise (motacilla alba, white wagtail), 1 ind. [mare d'un bosquet de bas-fond / Zone Aguima] + 1 ind. [mare]
  • Bergeronnette ibérique (motacilla iberiae, spanish wagtail), 1 ind. [lit asséché du Khant nord]
  • Bergeronnette printanière (motacilla flavayellow wagtail), quelques ind.
  • Traquet motteux (oenanthe oenanthenorthern wheatear), un minimum de 4+ ind. 
  • Traquet (fourmilier) brun (myrmecocichla aethiopsnorthern anteater chat), 3 à 5+ ind. dont deux sujets juvéniles quémandant la becquée, près d'un trio de puits traditionnels
  • Agrobate podobé (cercotrichas podobe, black scrub robin), 1 ind. [bosquet de bas-fond / Zone Aguima]
  • Pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chiffchaff), 1 seul ind. visible
  • Pouillot de Bonelli (phylloscopus bonelli, western bonelli's warbler), quelques ind. ici et là en brousse à acacias
  • Fauvette passerinette (sylvia cantillans, subalpine warbler), quelques ind. ici et là
  • Cisticole des joncs (cisticola juncidiszitting cisticola)
  • Cisticole du désert (cisticola a. aridulus, desert cisticola), 1 ind.
  • Souïmanga à longue queue (cinnyris pulchellus, beautiful sunbird), 1 ind. mâle internuptial, en vol
  • Pie-grièche à tête rousse (lanius senatorwoodchat shrike), 7+ ind. en tout
  • Choucador à oreillons bleus (lamprotornis chalybaeusgreater blue-eared starling), 2 ind.
  • Choucador à ventre roux (lamprotornis pulcher, chestnut-bellied starling)
  • (Buphage) piqueboeuf à bec jaune (buphagus a. africanus, yellow-billed oxpecker), 2 ind. sur une vache (cf. photos ci-dessous)
  • Alecto à bec blanc (bubalornis albirostriswhite-billed buffalo weaver), très nombreux ind.
  • Tisserin vitellin (ploceus vitellinusvitelline masked weaver), dont nids [bosquet de bas-fond / Zone Aguima]
  • Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. capitalisblack-headed weaver), dont nids [bosquet de bas-fond / Zone Aguima]
  • Travailleur à bec rouge (quelea queleared-billed quelea)
  • Amarante du Sénégal (lagonosticta senegala, red-billed firefinch), 1 ind. mâle ad. [bosquet de bas-fond / Zone Aguima]
  • Capucin bec-d'argent (euodice cantansafrican silverbill), 2 ind. à l'abreuvoir [bosquet de bas-fond / Zone Aguima]
  • Amadine cou-coupé (amadina f. fasciata, cut-throat finch), 1 à 2 ind. ind. mâle(s) [bosquet de bas-fond / Zone Aguima]
  • Combassou du Sénégal (vidua chalybeata, village indigobird), 1 à 2 ind. mâle(s) en fin de mue postnuptiale [bosquet de bas-fond / Zone Aguima] (cf. photo ci-dessous)
Râle à bec jaune (amaurornis flavirostra, black crake), 1 ind. mort par collision avec un véhicule routier [N2 près du pont sur le Ngalam]

Entendu:
Grue couronnée noire  (balearica p. pavoninawest african black-crowned crane), 1 à 2 ind. [Ngalam/Ndiassew-N'Guisset] / Chevalier gambette (tringa totanus, common redshank) / Martin-chasseur strié (halcyon chelicuti, striped kingfisher), 1 + 1 ind. [deux sites différents] / Pic goertan (dendropicos goertae), 1 ind. [bosquet de bas-fond / Zone Aguima] / Tchagra à tête noire (tchagra s. senegalus, black-crowned tchagra), au moins 1 ind. / Brubru africain (nilaus afer, brubru), au moins 1 ind. [à proximité d'un bosquet de bas-fond / Zone Aguima] /

Nids (cf. photos ci-dessous):
alectos à bec blanc (bubalornis albirostris) / tisserins vitellins (ploceus vitellinus) / tisserins à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. capitalis)



Ci-dessus: nids de tisserins sp. et d'alectos à bec blanc (à d.)
2015 11 19 / © Photos par Frédéric Bacuez

Ci-dessous, de g. à d. et de haut en bas:
circaètes Jean-Le-Blanc et hirondelle de rivage - échasses blanches à la 'mare Aguima'
combassou du Sénégal en mue postnuptiale - rollier d'Abyssinie, ad. - courvite de Temminck
combattants variés à la 'mare Aguima' - outarde de Savile à l'envol
2015 11 19 / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -




Des Trois-Marigots à la mare Aguima
Des oiseaux et des mammifères...

Ci-dessous: buphages pique-boeufs
2015 11 19 / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -



AUTRES:
  • Phacochère commun (phacochoerus africanuscommon warthog), 27 ind. en tout (cf. photos ci-dessous) - 6 ind. - quatre jeunes et deux adultes [Khant nord] + 3 ind. [ZIC Trois-Marigots] + 3 ind. [brousse entre 2e et 3e marigots] + 2 + 2 ind. [rive droite 3e marigot] + 1 gros ind. solitaire  [2e marigot] + 7 ind. - deux ad. et cinq jeunes [Guyu Tylla] + 3 ind. [digue de Khant nord]
  • Patas 'singe rouge' (erytrhocebus patas, patas monkey), ~50+ ind. en tout - dont ~15 ind. + clan à effectifs indéterminés dont mâle ad. +  1 mâle et 5+ ind. + 5+ ind. + 12+ ind. + 2+ ind.
  • Ecureuil terrestre du Sénégal (xerus erythropus, striped ground squirrel), au minimum 5 ind.
  • Varan de savane (varanus exanthematicussavannah monitor), 1 ind. grimpe se réfugier dans un arbre [bosquet près d'un bas-fond / Zone Aguima] (cf. photo ci-après)
  • Petit monarque d'Afrique (danaus chrysippus ssp. chrysippuscommon plain tigerlesser wandererqueen butterfly, 'african queen')
  • Piéride veinée de brun (anapheis aurota), nombreux ind. en migration active dont dizaines d'ind. stationnés sur les arbres en fleurs (acacias et tamaris)


Ci-dessus: phacochères communs dans les Trois-Marigots
2015 11 19, 11h30 & 16h45 / © Photos par Frédéric Bacuez

Ci-dessous: varan de savane réfugié dans un acacia, ZIC Aguima
2015 11 19, 15h / © Photo par Frédéric Bacuez



* 'Lac' de Bango -
MATIN, 9h50-10h05-
Avec Véronique.

Vu:
  1. Oie-armée de Gambie (plectropterus gambensisspur-winged goose), 2 ind. en vol [Ngallele>plaine de Biffeche]
  2. Echasse blanche (himantopus himantopusblack-winged stilt), ~250 ind.
  3. Combattant varié (philomachus pugnaxruff), 40+ ind.
  4. Bécasseau minute (calidris minutalittle stint), ~25 ind.
  5. Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing)

19, un jeune balbuzard allemand, du Mecklenburg-Vorpommern aux Trois-Marigots

AH16, balbuzard pêcheur de 1ère AC, du Mecklenburg-Vorpommern allemand aux Trois-Marigots sénégalais !
2015 11 19, 11h44 / © Photo par Frédéric Bacuez

* Aire communautaire patrimoniale des Trois-Marigots. Marigot de N'Guisset, rive orientale -

MATIN, 11h40-11h50-
Sur la rive orientale du 3e marigot, le marigot de N'Guisset, un jeune balbuzard pêcheur (pandion haliaetus) est au sol avec sa prise dans les serres. Notre véhicule bringuebale hors-piste pour tenter de l'approcher mais aussi pour retrouver une traverse qui nous ferait remonter sur le cordon dunaire. Le balbu n'est à l'évidence pas très expérimenté, ni très malin... Au fur et à mesure que nous avançons vers lui, il s'élève sans lâcher sa prise pour retomber quelques dizaines de mètres plus loin, toujours devant le 4x4 ! Pas très farouche comme la majorité des balbuzards de premier automne, il est bien décidé à dépecer ce qui était il y a peu une petite carpe ou un jeune silure... Hélas, à chaque fois, il y a ces foutus humains à bord de leur engin métallique... Mais oui, au fait ! S'il n'est pas harnaché d'un émetteur satellitaire, le jeune balbu est lui aussi ferré ! Une bague métallique à verrou (au tarse droit) et une bague de type Darvic alpha-numérique de couleur noire encodée AH16 (au tarse gauche), typiques des horizons germaniques... Clic clac, les photos sont dans la boîte et soumises le soir même à mon correspondant allemand du NABU-Vogelschutzzentrum, Dr. Daniel Schmidt. Qui me transmet la carte d'identité de notre hivernant des Trois-Marigots, ci-après:

Du nord-est de l'Allemagne au nord-ouest du Sénégal...
Données de baguage au nid, en date du 25 juin 2015:




AH 16, balbuzard pêcheur de 1er automne,
de Baumgarten (nord-est de l'Allemagne) aux Trois-Marigots (nord-ouest du Sénégal)
2015 11 19, 11h43 / © Photo par Frédéric Bacuez




































Nota: en Allemagne, environ 600 balbuzards pêcheurs sont bagués chaque année. Le pays a été le premier de l'Europe occidentale à développer une politique très active pour rétablir les effectifs du rapace piscivore longtemps en péril. L'Allemagne réunifiée accueille aujourd'hui la population la plus dynamique de l'Europe de l'ouest et centrale, quatrième (721 cc minimum) à l'échelle de tout le continent, après la Suède (4 700 cc), la Russie (3 000 cc), la Finlande (1 350 cc) et la Norvège (600 cc), et devant le Royaume-Uni (250 cc). L'Europe abrite 8 400 à 12 300 couples reproducteurs, ces effectifs représentant 14% d'une population globale particulièrement cosmopolite. Nos relevés de bagues dans le bas-delta sénégalais viennent majoritairement de sujets allemands, suivis de britanniques (surtout écossais et anglais) et de français (57-75 cc, en augmentation et expansion géographique à partir du noyau initial de la Forêt d'Orléans). Comme tous les balbuzards juvéniles migrant au sud du Sahara, AH 16 est ici pour deux à trois années d'errances, d'abord sur les sites les moins favorables vers lesquels il sera impitoyablement repoussé par ses congénères adultes et subadultes; puis, peu à peu au fil du temps et profitant des départs de ses aînés vers le nord, de plus en plus près du littoral; avant de regagner à son tour - si le destin est avec lui/elle !- sa région natale pour voir comment ça se passe, là-bas en Allemagne...

Lire:
Protection du balbuzard pêcheur et Balbuzard pêcheurin Rapaces-LPO (France)
Pandion haliaetus, in UICN Red List


De Baumgarten (Bundesland du Mecklenburg-Vorpommern, nord-est de l'Allemagne) 
au marigot de N'Guisset (Trois-Marigots, nord-ouest du Sénégal)




AH 16 pour deux à trois années tropicales avant de retourner sur son lieu de naissance...

AH 16 et le vanneau éperonné, près du marigot de N'Guisset
2015 11 19, 11h44 / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

mardi 17 novembre 2015

17, Ndiaël: même les mirages sont en eau !

'Grande mare' à l'aval du Nyéti Yone, Ndiaël: cigognes noires, tantales ibis, pélicans blancs, ardéidés, limicoles et canards divers
2015 11 17, 16h07 / © Photo par Frédéric Bacuez

* Réserve spéciale d'avifaune du Ndiaël (RSAN)-

APREM', 14h25-18h35-
Avec Alix & Daniel Mignot.
En véhicule 4x4.
Temps: net fléchissement des températures, depuis deux jours - avec un mois de retard. Le vent du Sahara assèche les terres (et les narines !), mais les tout premiers déplacements sablonneux au ras du sol peinent encore à balayer la steppe bien herbacée, cette année.

Patrouille dans le Ndiaël occidental, cet après-midi; d'heureuses surprises confirment que l'eau, lentement mais surement revient enfin noyer les mares de jadis. Il y a celle du Bombol, près du canal du même nom, qui accueille des avocettes et des barges à queue noire (lire ci-après); quant à la Grande mare, encore bien réduite par rapport à ce qu'elle fut jusqu'au seuil des années '70 de l'autre siècle, elle s'étale peu à peu, année après année, depuis que le Nyéti Yone qui l'alimente a été curé, reprofilé et sécurisé afin qu'il reste le plus longtemps en eau au coeur de la saison sèche. Une troisième mare a fait son apparition en lieu et place des mirages que nous avions l'habitude de scruter dans les lointains steppiques. On ne sait s'il s'agit de remontées souterraines ou la conséquence d'une bonne pluviométrie, mais la dépression est encore inhabitée: pas d'oiseaux, car pas de vie dans ce trop récent lac, probablement saisonnier. Quant au Nyéti Yone, il est à son étiage le plus haut, promettant une saison favorable à la vie animale, sauvage comme domestique. L'abondance de nympheas devrait bientôt permettre le retour des jolies anserelles naines (nettapus auritus), ce qui n'est pas encore le cas aujourd'hui. Petit plus du jour: sur les berges du marigot, juste à l'amont de la digue-vanne de Bellel Ndiaye, une ombrette africaine (scopus u. umbretta) et une gallinule africaine (gallinula angulata) deux espèces pour la première peu fréquente, pour la seconde très locale, et à tous les coups irrégulières et saisonnières, à l'ouest du lac de Guier.

Sur les deux mares principales, seulement deux espèces de canards, et en tout petit nombre: l'afrotropical canard casqué (sarkidiornis melanotos), et le paléarctique canard souchet (anas clypeata). Les limicoles sont également peu présents, nous sommes pourtant mi-novembre - la saison de nidification a été mauvaise, sur les confins péri arctiques; ils sont essentiellement représentés par un stationnement de 1000 avocettes élégantes (recurvirostra avosetta) et de 2500 barges à queue noire (limosa limosa). Comme partout, ce sont les ardéidés et les cigognes qui affichent la bonne santé de leurs effectifs: sur cette partie accessible de la Grande mare, quelques tantales ibis (mycteria ibis) locaux et une douzaine de cigognes noires (ciconia nigra) hivernantes. A noter: la présence dans les herbiers centraux de la Grande mare: trois grues couronnées noires (balearica pavonina), signe de la lente réhabilitation du biotope.

Ci-dessus: 
cigognes noires, tantales ibis, pélicans blancs, canards casqués, ardéidés et limicoles
Grande mare du Ndiaël (RSAN)
2015 11 17 aprem' / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -




Portraits de la Réserve spéciale d'avifaune du Ndiaël (RSAN)
Ci-dessous, de g. à d.: 
dans la steppe du Ndiaël - la Grande mare - Le Nyéti Yone à l'aval des vannes de Bellel Ndiaye
2015 11 17 aprem' / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -



OISEAUX / 66 + 5 espèces cochées
MAMMIFÈRES / 1 espèce cochée + 1 sp. morte
REPTILES / 1 sp. morte
AUTRES / 1 espèce

Vu:
  • Pélican blanc (pelecanus onocrotalusgreat white pelican), un petit groupe de ~14 ind. non reproducteurs [Grande mare], avec les cigognes, les ardéidés et/ou les canards
  • Pélican gris (pelecanus rufescens, pink-backed pelican), 1 ind. [mare de Bombol] + 1 ind. [Grande mare avale du Nyéti Yone]
  • Cormoran africain (phalacrocorax africanuslong-tailed cormorant), 1 et 3 ind. [Nyéti Yone] + plusieurs ind. [canal de Bombol]
  • Grand cormoran à poitrine blanche (phalacrocorax carbo lucidus, white-breasted cormorant), vol du soir de 6 ind. vers leur dortoir nocturne [vallée rizicole>Bombol et Grande mare du Ndiaël]
  • Anhinga (roux) d'Afrique (anhinga rufa, african darter), 1 ind. perché [canal de Bombol]
  • Bihoreau gris (nycticorax nycticorax, black-crowned night heron), 1 ind. à l'envol
  • Crabier chevelu (ardeola ralloidessquacco heron), [dont Nyéti Yone]
  • Héron garde-boeuf (bubulcus ibis, cattle egret) [Grande mare]
  • Aigrette (dimorphe) des récifs (egretta gularis, western reef egret) [Grande mare]
  • Aigrette garzette (egretta garzettalittle egret), nombreuses
  • Grande aigrette (egretta albagreat egret), peu
  • Héron cendré (ardea cinerea, grey heron), plusieurs ind. [mares] et 4 ind. (migrateurs ?) en vol au-dessus du Nyéti Yone
  • Héron pourpré (ardea cinerea, grey heron), quelques ind. [canal de Bombol]
  • Ombrette africaine (scopus u. umbretta, hamerkop), 1 ind. pêchant sur les berges du Nyéti Yone [à l'amont de la digue de Bellel MBaye]
  • Tantale ibis (mycteria ibis, yellow-billed stork),  au moins 5 ind. dont deux sujets subadultes, avec des pélicans blancs et des cigognes noires [Grande mare]
  • Cigogne noire (ciconia nigra, black stork), 7 + 5+ ind., à découvert ou au milieu des herbiers, puis ensemble dans ces mêmes grandes herbes [Grande mare avale du Nyéti Yone]
  • Spatule blanche (d'Eurasie, platalea l. leucorodia, eurasian spoonbill), plusieurs dizaines d'ind., par petits groupes [sur les deux mares habituelles], dont un sujet doublement bagué à la Grande mare
  • Canard casqué (à bosse, sarkidiornis melanotos, knob-billed duck), 7 ind. - un ad. et six sujets immatures [Grande mare], 
  • Dendrocygne veuf (dendrocygna viduata, white-faced whistling duck), quelques petits groupes autour du canal de Bombol + groupe de 10+ ind. [Nyéti Yone à l'aval de la digue de Bellel Mbaye]
  • Canard souchet (anas clypeata, northern shoveler), plusieurs petits groupes dont 3 ind. se nourrissant en eau très peu profonde, en quasi vasière [Grande mare]
  • Pygargue vocifère (haliaeetus vociferafrican fish eagle), 1 ind. ad. perché sur un gonakier
  • Elanion blanc (elanus caeruleusblack-shouldered kite), 1 ind. levé de son perchoir
  • Busard cendré (circus pygargus, Montagu's harrier), ~8 ind. en tout - dont 2 sujets immatures, 1 ad. femelle, 4 ad. mâles et 1 sujet immature bagué
  • Busard des roseaux (circus aeruginosuswestern marsh harrier), ~5 ind. - dont un ad. femelle en vol [steppe au sud du canal de Bombol]
  • Aigle botté (hierraetus pennatus, booted eagle), 1 ind. cerclant (15h15) entraîné par les vents du nord/nord-est vers le sud du Ndiaël (avec, devant lui, quatre autres rapaces non identifiables, loin)
  • Rapace indéterminé, 4 ind. lointains + 1 ind. buvant à une grande mare saisonnière
  • Faucon crécerelle (falco t. tinnunculus, common kestrel), 1 ind. perché puis à l'envol
  • Francolin à double éperon (francolinus bicalcaratus, double-spurred francolin), 1 ind. s'approche en marchant de la berge du Nyéti Yone, pour boire [Nyéti Yone à l'amont de la digue de Béllel Mbaye]
  • Râle à bec jaune (amaurornis flavirostra, black crake), plusieurs ind. dont au moins un sujet juvénile/immature [canal de Bombol] + 2 ind. [Nyéti Yone à l'amont de la digue de Bellel Mbaye]
  • Gallinule poule-d'eau (gallinula chloropus, common moorhen), dont ad. et  nombreux juvéniles de l'année [canal de Bombol]
  • Gallinule africaine (gallinula angulata, lesser moorhen), 1 ind. poursuivi par un râle à bec jaune [près de la digue de Bellel Mbaye]
  • Talève sultane (porphyrio porphyrio ssp. madagascariensis, african swamphen)
  • Grue couronnée noire (balearica p. pavonina, west african black-crowned crane), 2 (cc) + 1 ind. dans les herbiers [de la Grande mare]
  • Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanus, african jacana), 1 ind. 
  • Échasse blanche (himantopus himantopusblack-winged stilt)
  • Avocette élégante (recurvirostra avosetta, pied avocet), au moins 1 000 ind. stationnant sur la mare du Bombol + quelques ind. sur la Grande mare
  • Oedicnème du Sénégal (burhinus senegalensisSenegal thick-knee), ~10 ind. [vannes du Bombol]
  • Grand gravelot (charadrius hiaticula, common ringed plover)
  • Gravelot pâtre (charadrius pecuarius, Kittlitz's plover), 1 ind. [chenal d'eau du Nyéti Yone vers la Grande mare]
  • Vanneau (caronculé) du Sénégal (vanellus spinosus, spur-winged lapwing), 1 ind. [Grande mare]
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing), dont nombreux ind. [à la Grande mare et près de la digue de Bellel Mbaye]
  • Barge à queue noire (limosa limosa, black-tailed godwit), au moins 2 500 ind. [mare de Bombol], 
  • Bécasseau minute (calidris minuta, little stint), pas encore en nombre
  • Bécasseau variable (calidris alpina, dunlin), quelques ind. [Grande mare]
  • Chevalier aboyeur (tringa nebularia, common greenshank), le plus commun des limicoles du genre
  • Chevalier culblanc (tringa ochropus, green sandpiper), 1 ind. en vol [Grande mare]
  • Chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper)
  • Mouette à tête grise (larus cirrocephalus ssp. poiiocephalusgrey-headed gull), plusieurs dizaines d'ind.
  • Sterne hansel (gelochelidon nilotica, gull-billed tern), plusieurs dizaines d'ind.
  • Sterne caspienne (sterna caspia, caspian tern), 1 ind. parmi les sternes hansels [Grande mare]
  • Guifette moustac (chlidonias hybrida, whiskered tern), quelques ind. [Grande mare] + 1 ind. faisant des AR sur le canal [de Bombol]
  • Ganga à ventre brun (pterocles exustuschestnut-bellied sandgrouse), groupe de 6 ind. levé en bord de la piste [de Bellel Mbaye]
  • Tourterelle masquée (oena capensis, Namaqua dove)
  • Tourterelle maillée (streptopelia senegalensis, laughing dove)
  • Pigeon roussard (de Guinée, columba guinea, speckled pigeon)
  • Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiensafrican mourning dove)
  • Alcyon pie (ceryle rudispied kingfisher)
  • Guêpier de Perse (merops persicusblue-cheeked bee-eater)
  • Cochevis huppé (galerida cristata ssp. senegallensiscrested lark)
  • Moinelette à oreillons blancs (eremopterix leucotis ssp. melanocephaluschestnut-backed sparrow lark), 1 seul ind.
  • Hirondelle de rivage (riparia ripariacommon sand martin)
  • Bergeronnette printanière (motacilla flava, yellow wagtail), 1 seul ind.
  • Traquet motteux (oenanthe oenanthe, northern wheatear), 1 + 1 ind.
  • Pie-grièche à tête rousse (lanius senator, woodchat shrike), 1 seul ind.
  • Choucador à oreillons bleus (lamprotornis chalybaeus, greater blue-eared starling), 2 ind.
  • Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. capitalisblack-headed weaver)

Ci-dessous, de g. à d.:
ombrette africaine - gallinule poule-d'eau juvénile - crabiers chevelus
Canal de Bombol (RSAN)
2015 11 17 aprem' / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -



AUTRES:
  • Phacochère commun (phacochoerus africanus, common warthog), 1 ind. revenant de boire [près du Nyéti Yone]
  • Petit monarque d'Afrique (danaus chrysippus ssp. chrysippuscommon plain tigerlesser wandererqueen butterfly, 'african queen')

* N2-
  • Balbuzard pêcheur (pandion haliaetusosprey), 1 ind. en vol au-dessus de casiers rizicoles
  • Milan noir (milvus migrans migransblack kite), 1 ind. au-dessus de la route nationale
  • Rapace indéterminé, au moins 2 ind.
  • Autour sombre (melierax m. metabates, dark chanting goshawk), 1 ind. au toilettage sur un poteau téléphonique 
  • Échasse blanche (himantopus himantopusblack-winged stilt)
  • Dendrocygne veuf (dendrocygna viduatawhite-faced whistling duck), 1 ind. au milieu des vols du soir des queleas revenant des rizières [vers Pont-Gendarme]
  • Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicus, abyssinian roller), 1 ind. perché sur les fils téléphoniques
  • Travailleur à bec rouge (quelea quelea, red-billed quelea), vols du soir avec plusieurs morts par collision avec véhicules [casiers rizicoles>dortoirs de brousse, vers Pont-Gendarme]

AUTRES:
  • Chacal doré (canis aureus, common golden jackal), 2 ind. morts par collision routière - un sujet adulte + 1 sujet juvénile, sur la route nationale
  • Varan du Nil (varanus niloticus, Nile monitor), 1 ind. écrasé au milieu de la route

dimanche 15 novembre 2015

15, un hibou des marais dans 'La Langue de Barbarie'

* Delta du fleuve Sénégal. Parc national de la Langue de Barbarie (PNLB) -

Le 15 novembre 2015, Rafa Benjumea*, cofondateur de Ecotono Birding, une assocation espagnole d'écoguides sévillans, a eu le privilège, rare dans le bas-delta sénégalais, de photographier un hibou des marais (asio f. flammeus, short-eared owl) volant de jour près de la Langue de Barbarie (cf. photo ci-jointe). Cette espèce de rapace franchit le Sahara en très petit nombre pour hiverner dans la vallée du fleuve Sénégal, entre Podor (amont) et Potou (ancienne embouchure du fleuve).

Anime la partie naturaliste d'un projet d'appui au Gandiolais appelé Tougoupeul.be
In 2015 he started to collaborate in the Tougoupeul project in Senegal. Initiating the bird survey, monitoring the birds and involving local people in the endangered national park La Langue de Barbarie near St.-Louis ", in Ecotonobirding.com/about-us/

Ci-dessus: hibou des marais asio flammeus flammeus, fleuve Sénégal
2015 11 15 / Courtesy © photo par Rafa Benjumea pour Ecotono Birding

Deux espèces de hiboux des marais à chaque extrémité du pays !

Aux aurores du 11 février 2013Ornithondar notait un rapace nocturne en vol au-dessus d'une steppe proche du fleuve, pas très loin d'un campement saisonnier de pêcheurs. Le rapace paraissait un peu plus grand et beaucoup moins blanchâtre que la commune effraie des clochers (tyto alba ssp. affinisLire ICI), régulièrement rencontrée en plaine comme au village. Le hibou battait des ailes comme un busard (légèrement en V avec quelques brefs planés) et s'était dirigé vers l'île aux Bois, au milieu du fleuve entre Sénégal et Mauritanie. Faute de pouvoir photographier l'oiseau, et ne l'ayant suivi des yeux que médiocrement, dans le clair-obscur, nous ne pouvions être certain de l'observation; Ornithondar s'était contenté d'ajouter à sa liste du jour la possibilité d'un asio flammeus flammeus ou d'un asio capensis capensis (Lire ICI). Signalons que nos hiboux peuvent parfois se regrouper en dortoirs réunissant plusieurs dizaines d'individus; rappelons aussi que les deux rapaces nocturnes sont partiellement diurnes et peuvent être rencontrés de jour en train de chasser, ou de se tenir au sol comme ils l'affectionnent, en pleine lumière !

Nota: deux espèces de hiboux des marais peuvent être observés, au Sénégal:

  • le hibou des marais (ex hibou brachyote, asio flammeus flammeusshort-eared owl), exclusivement hivernant du Paléarctique. Les sujets sont plus ubiquistes, et moins exigeants que leurs cousins du Cap et peuvent fréquenter aussi bien les steppes à salicornes et tamaris que les casiers rizicoles, les roselières voire les champs de canne à sucre ! Les hivernants de la vallée du Sénégal (d'octobre à avril) proviennent des lointains septentrionaux de l'Europe, de Scandinavie et de Russie, les populations de la mer du Nord, des îles britanniques et de la péninsule ibérique étant sédentaires ou très faiblement erratiques. En octobre 2013 dans le Sahara occidental marocain, près d'El Argoub, notre ami Michel Aymerich a photographié un migrateur postnuptial stationné (cf. photo ci-dessous). Et au Sénégal, toute dernière observation documentée (cf. photo en haut de notule) d'un sujet hivernant probable, ce 15 novembre 2015 dans le Gandiolais, par Rafa Benjumea (Ecotono Birding / Espagne, cf. ci-dessus)



Hibou des marais, migrateur postnuptial stationné
Région d'El Argoub, Sahara occidental marocain
2013 10 / Courtesy © photo par Michel Aymerich
Michel Aymerich.com et Groupe d'étude et de recherches des écologistes sahariens (GERES)


  • Le hibou du Cap (ex choucouhou, asio capensis capensis, -african- marsh owl), avec deux origines géographiques: au sud, résident ou estivant afrotropical venant des confins pré-guinéens et/ou du delta intérieur du Niger (Mali); et à l'extrémité septentrionale du pays, des sujets erratiques venant vraisemblablement d'une population relictuelle survivant difficilement dans le nord-ouest du Maroc, en particulier sur la lagune de Merdja Zerga, près de Moulay-Bousselham*1: la toute dernière donnée sénégalaise de ce rapace très rarement rencontré dans notre vallée du fleuve, en date du 8 janvier 2013, est une photographie d'un sujet observé au sud de Tiguet, sur les marges indéfinies entre les casiers rizicoles et le parc national 'des oiseaux' du Djoudj (PNOD)... Il s'agissait à l'évidence d'un sujet hivernant descendu du Maroc, en effet: sans avoir de documentation plus approfondie, on peut penser que des sujets chérifiens migrent plus au sud pour un bref hiver le long de la côte atlantique, saharienne et sahélienne: un sujet stationné sur un îlot rocheux en plein Casablanca*1 (Maroc), ce 10 novembre 2015 (sans doute en train de migrer vers le sud); ou un sujet momifié trouvé sur le Banc d'Arguin (Mauritanie) en décembre 1982. Quant aux hiboux du Cap méridionaux, que l'on retrouve en Casamance et plus au sud à partir de la Guinée-Bissau, ce sont d'authentiques afrotropicaux: résidents - comme dans la région d'Oussouye; ou estivants, c'est à dire qu'à la faveur des pluies un certain nombre de ces hiboux remontent vers la Gambie et jusqu'au Sine Saloum sénégalais où ils stationneraient de juillet à décembre. C'est sur les bords du Saloum, précisément sur l'île Kousmar mondialement connue pour son reposoir de 24 000 faucons crécerellettes et de 36 000 nauclers d'Afrique, que l'ornithologue Simon Cavaillès*2 (LPO / France) avait photographié un hibou du Cap au cours de la mousson 2010 (cf. photos ci-dessous).

*1 Voir ICI sur Go-South, 2015 11 10 & 15
*2 Lire: Kousmar, par Simon Cavaillès & Alison Duncan, in L'oiseau magazine n° 111, p. 72-76 (LPO, France)



Ci-dessus: 
cartes de distribution de asio flammeus flammeus et asio capensis capensis 
Points rouges: sites des dernières observations d'asio flammeus et asio capensis
En bleu, les zones d'hivernage / En jaune, les zones d'estivage / En vert, les zones de présence continue / En rayé bleu, les zones d'errance ou d'observations accidentelles
D'après G. J. & M.-Y. Morel in Les oiseaux de Sénégambie: notices et cartes de distribution 

Ci-dessous: 
hibou du Cap asio capensis capensis sur l'île de Kousmar, Ndiafatt, Sine Saloum (Sénégal)
2010 / Courtesy © photos par Simon Cavaillès, LPO (France)

Nombre total de pages vues