" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

mercredi 10 mai 2017

10, Trois-Marigots: la dépouille d'un Renard pâle - le canidé le moins documenté au monde...

Dépouille d'un petit canidé à grandes oreilles qui pourrait bien être un Renard pâle - Vulpes p. pallida
Trois-Marigots 2017 05 10, 14h27 / © Photo par Frédéric Bacuez [tél. Samsung]

* Aire communautaire patrimoniale des Trois-Marigots.
Cordons boisés entre Khant et N'Galam, vers Gaye -

APREM', 14h10-14h30-

Vers 14h15, aux heures chaudes et vaporeuses - aveuglantes. Dans la pente lourdement sablonneuse qui monte vers une fermette installée au sommet du cordon dunaire, les boisements sont denses: de petits Gommiers (Acacia senegal, Verek en langue wolof) au-dessus d'un sol littéralement jonché des bouses sèches des bovins - il y en a bien pour quelques grosses remorques, et une poignée d'hectares. Ici de pléthoriques troupeaux passent donc la nuit avant que de vadrouiller, le jour et à l'amble, entre le marigot de Khant et la rivière N'Galam. Nourris de je ne sais quoi tant le couvert herbacé n'est plus que débris épars et sables... Les bergers parcourent en chantonnant cordons, plats et replats, armés de leurs machettes pour émonder les arbres et en faire tomber le feuillage, et les épines, histoire de nourrir et maintenir l'aberrant cheptel en survie, pendant cette interminable période de soudure - trois mois au minimum, avant que les ondées jettent sur les ourlés sahéliens une moquette verte du plus bel effet. S'il pleut.

Un fumet pestilentiel. Suffocant comme l'air saturé de chaleur et des premières moiteurs d'une saison humide (ici) en avance... En Afrique soudanienne, il a déjà plu. Je cherche au milieu des bouses inodores et bonnes à flamber d'où provient cette odeur de mort. C'est vite trouvé: un cadavre de petit canidé gît au milieu des excréments et des pailles, recroquevillé, jambes par-dessus tête. Les muscles sont encore sur les os, secs et boucanés comme du kilichi nigérien. En y regardant de plus près, le nez pincé, tout de la dépouille indique qu'il s'agirait bien d'un Renard pâle (Vulpes pallida ssp. pallidaPale Fox, African Sand Fox, Pallid Fox): les poils encore au corps, même à la queue, pourtant fort dénudée; la longueur des pattes arrières; les grandes oreilles dont la fine membrane ne s'est pas encore désagrégée; et puis, surtout, la forme oblongue du crâne, encore plus allongé que celui d'un Renard roux ou d'un Fennec, mais peu ou prou comme celui du Renard famélique. Et la dentition, typique !

Mais pourquoi diable le petit noctambule est-il venu mourir ici, au milieu du troupeau domestique ? Plusieurs hypothèses, aucune certitude, au lecteur de se faire son opinion: le petit chien a été malencontreusement piétiné par les boeufs; des chiens domestiques, en pleine explosion démographique comme leurs bipèdes de maîtres, même ici dans les Trois-Marigots, lui ont fait la peau; le Goupil sahélien a été empoisonné, délibérément ou accidentellement, victime collatérale d'un appât au Furadan ou de tout autre produit criminel destiné aux ultimes prédateurs à quatre pattes - mais lesquels ? Ces Chacals devenus par ici fantomatiques qu'on appelle désormais Loups ? Ou le rôdeur s'est-il empoisonné tout seul en farfouillant dans les détritus, déchets et autres rebuts qu'on jette alentour de chaque maison, ferme, camp, village du pays - dégradables ou pas, y compris les bombes insecticides... ? Problème: ce renard, réputé être le canidé le moins connu au monde, n'est pas vraiment ce que les éradicateurs français appellent chez eux un 'nuisible', se nourrissant de petits animaux et fruits - oiseaux, rongeurs, reptiles, œufs, baies et melons sauvages... Sauf s'il commence à trouver goûteux et faciles les quelques gallinacés domestiques des campements peuhls qui se multiplient désormais sur tous les alignements dunaires entre chacun des trois Marigots... Le grand nombre de terriers inoccupés, à l'évidence abandonnés, qu'Ornithondar a répertorié ces derniers mois dans la majorité des cordons arborés, souvent au voisinage des installations humaines, peut inquiéter. Et rendre soupçonneux: Les Hommes, toujours et partout maléfiques...

Pour en savoir plus, lire et voir sur Ornithondar:


Renard pâle - Vulpes pallida ssp. pallida, mort ou vif...
Ci-dessous, de haut en bas:
au zénith, les bovidés rentrent de l'abreuvoir... 2017 05 10, 14h11
dépouille de Renard pâle au milieu des bouses et des pailles sèches... 2017 05 10, 14h23
crâne de Renard pâle rapporté du Troisième Marigot... 2016 11 17 & 12 1
dépouille de Renard pâle près de Gaye... 2017 05 10,, 14h27 
Renard pâle se grattant devant le tunnel d'une de ses chambres... 2016 01 31, 17h29
Aire communautaire patrimoniale des Trois-Marigots 2016-2017 / © Photos par Frédéric Bacuez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues