" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

samedi 17 octobre 2015

14-18, avec les toutes dernières pluies d'une mousson tardive

 Impasse Gustave Pelloux à Bango, à travers la fenêtre-moustiquaire...:
 mâle de calao à bec rouge, estropié mais bien familier !
2015 10 16, 16h28 / © Photo par Frédéric Bacuez

* De Dakar à Bango via Saint-Louis-du-Sénégal-

- 2015 10 13-14:
En abordant la Grande Côte par les airs, on voyait déjà les éclairs lacérer la nuit africaine, vers le sud. A Dakar, après l'ondée nocturne et les roulements de tambours dignes d'un Doudou Ndiaye Rose, la mer est au matin presque d'huile, au large de l'île de N'Gor et du Village-hôtel Le Calao, un site stratégique bien connu des ornithologues*1... et d'autres oiseaux plus volages... Aucune présence des pélagiques qui font la notoriété des eaux baignant la péninsule dakaroise du Cap-Vert*1: puffins, océanites, fous et autres labbes pêchent sans doute au large, trop loin des regards curieux. Dans la petite anse abritée, un gros balbuzard pêcheur, une femelle, veille depuis son îlot, perché sur la hampe dégarnie d'un agave. A droite et à gauche, deux paires d'autres balbuzards survolent les flots qui ondulent vers les barres rocheuses. Un courlis corlieu, là-bas sur une avancée de l'ex FESMAN; et dans les éboulis glissants sous le restaurant décati battu par l'océan, un chevalier guignette montre qu'il défendra son territoire contre l'intrus qui passe son chemin vers d'autres rochers. Quelque cinq grands cormorans à poitrine blanche sont déjà au séchage et au toilettage, ailes ouvertes, sur des blocs émergés. Une callinecte bleue change de repaire.
Dans le quartier, le célèbre faucon pèlerin*2 de l'hôtel Diarama est déjà là, levant des poubelles une myriade de milans parasites et de milans noirs, accompagnés par quelques vautours charognards. Le foudroyant rapace, fidèle hivernant année après année des corniches du grand immeuble, glisse tranquillement au milieu de la nuée, probablement prêt à saisir au vol un des nombreux pigeons roussards du périmètre.

*1 Lire:
Le "seawatch" à Dakar en septembre, in Senegalwildlife 2015 09 8
Seabirds seen off  N'Gor in autumn, in Seawatching in Senegal
Dakar: un hotspot pour les oiseaux marins et les balbuzards pêcheurs, in Ornithondar 2015 02 20
*2 Lire:
Peregrine falcon on hotel Ngor Diarama, in Senegalwildlife 2011 11 13

Vu:
  1. Grand cormoran à poitrine blanche (phalacrocorax carbo luciduswhite-breasted cormorant)
  2. Vautour charognard (necrosyrtes monachushooded vulture), 5+ ind. [hôtel Diarama]
  3. Balbuzard pêcheur (pandion haliaetusosprey), 5 ind. dont une femelle a priori ad. ou subadulte
  4. Milan parasite (milvus parasitusyellow-billed kite)
  5. Milan noir (milvus migrans migransblack kite)
  6. Faucon pèlerin (falco peregrinusperegrine falcon), 1 ind. [autour de l'hôtel Diarama]
  7. Courlis corlieu (numenius phaeopuswhimbrel), 1 ind. [jetée du Fesman]
  8. Chevalier guignette (actitis hypoleucoscommon sandpiper), 2 ind.
  9. Pigeon roussard (de Guinée, columba guinea, speckled pigeon)
  10. Coliou huppé (à nuque bleue, urocolius macrourus, blue-naped mousebird), entendu [dans le parc du village-hôtel Le Calao]
  11. Capucin bec-d'argent (euodice c. cantansafrican silverbill), 2+ ind. [parc du village-hôtel Le Calao]

- 2015 10 14:
Au diable les anarchiques embarras de la mégalopole tentaculaire, à nous l'autoroute au tarif prohibitif qui mène jusqu'aux portes de Diamniadio, le "pôle urbain" en devenir, son prioritaire centre de conférences et le prochain aéroport-hub inter galactique Blaise Diagne (AiBD) de Diass ! Les 258 à 270 kilomètres - c'est selon !- de la N2 qui monte plein nord vers l'ancienne capitale de l'AOF traversent cette année une campagne verte (presque) comme la Normandie, même dans sa partie sahélienne. Peu d'oiseaux en vue, l'exubérante prolifération des herbes et des plantes grimpantes obstrue la visibilité avantageuse des mois secs et... très dégagés ! Quelques rolliers variés jusqu'à la latitude de Thiès, puis les inévitables rolliers d'Abyssinie en équilibre instable sur le fil. De part et d'autre de la route, d'autres immanquables, les alectos à bec blanc rechargeant encore leurs nids collectifs démesurés, les volées de tisserins en livrée nuptiale, les choucadors sudistes laissant place peu à peu aux choucadors nordistes, mais une seule bergeronnette grise, pour le moment... Pas grand chose dans le ciel, à l'exception des milans autochtones et migrateurs: les vautours, hormis quelques charognards, sont encore sur les confins sahélo-sahariens et vont refluer avec le Front Inter Tropical dès l'assèchement de l'air et les premières victimes de la route...: l'âne percuté du matin gît sur le bas-coté sans attirer l'habituelle voirie du ciel ! Sur la circulaire de Thiès, un héron pourpré, probable migrateur stationné, pêche dans une mare saisonnière; dans les airs, quelques escouades de hérons garde-boeufs, c'est tout. Ah oui, une néphile du Sénégal dans sa gigantesque toile attend la proie qui ne manquera pas jusqu'en janvier au moins; libellules et agrions voltigent à profusion.

Vu:
  1. Héron pourpré (ardea purpureapurple heron), 1 ind. [circulaire de Thiès]
  2. Héron garde-boeuf (bubulcus ibiscattle ibis)
  3. Rollier varié (coracias n. naevius, rufous-crowned roller)
  4. Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicus, abyssinian roller), dont 3 juvéniles
  5. Bergeronnette grise (motacilla albawhite wagtail), 1 seul ind.
  6. Agrobate roux (cercotrichas galactotes sp. minor, rufous scrub robin), 1 ind. en vol [circulaire de Thiès]
  7. Choucador pourprée (lamprotornis p. purpureus, purple glossy starling)
  8. Choucador à oreillons bleus (lamprotornis c. chalybaeus, greater blue-eared starling)
  9. Alecto à bec blanc (bubalornis albirostris, white-billed buffalo weaver)
  10. Tisserin vitellin (ploceus v. vitellinus, vitelline masked weaver)
  11. Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. capitalis, black-headed weaver)

* Bango sur Lampsar, impasse Gustave Pelloux-

- 2015 10 15-17:
Touffeur comme l'étuve sur le delta sénégalais. La mousson est arrivée tardivement, voilà qu'elle joue les prolongations et rechigne à refluer vers les latitudes guinéennes... Un violent orage largue encore une vingtaine de millimètre d'eaux sur les berges bangotines du Lampsar, en fin de soirée du 15 octobre [13 mm sur Saint-Louis, ndlr.]. Les naturalistes ne s'en plaindront pas pour la suite des événements à caractère ornithologique...

Sonorités bangotines

Vérification faite, l'ornithologue précurseur peut attester que la mousson (qu'on appelle hivernage en Afrique francophone) est toujours active: certes la moiteur reste pugnace, la chaleur au zénith temporise toutes les ardeurs; le vert est mis, et bien mis, l'eau est partout, l'air est translucide - tout cela saute aux yeux, et au corps qui suinte... Mais la preuve irréfutable, combien il ne pleuvrait pas, elle est dans les airs: car les deux messagers de la 'saison humide' ne nous ont pas encore abandonnés à nos futurs entrechocs entre harmattan sablonneux et alizés embrumés: entendu le tonitruant coucou didric traversant le ciel à 12h37, ce 15 octobre; et vu quelques guêpiers à gorge blanche planer en babillant au-dessus de la canopée des prosopis, vers 17h du même jour. Mieux, l'épervier shikra est toujours à l'affût dans la frondaison, pas encore envolé comme les deux autres espèces vers les savanes soudano-guinéennes du grand sud...
La première chose avec laquelle le naturaliste doit se refaire l'oreille, ce sont les chants et les cris des oiseaux de l'oasis lampsarienne... Si après leur arrivée (imminente) les passereaux européens peuvent bavarder jusqu'en décembre, parfois janvier, ce sont les oiseaux afrotropicaux qui mènent actuellement grand concert dans le jardin et les environs. Dans les arbres de la cour on entend une crombec sitelle (un erzatz  tropicalisé de notre torchepot !) et un camaroptère à dos gris (une version africanisée de notre troglodyte !), dans les parages un martin-chasseur à tête grise et des calaos à bec noir; un couple de tourterelles pleureuses et les tourterelles maillées roucoulent; au zénith comme toujours, le monotone et infatigable barbion à front jaune mesure les heures les plus chaudes tandis qu'à l'occasion le cousin barbican de Vieillot comme le gonolek de Barbarie pousse un croassement colérique ! Parfois deux coucals du Sénégal gloussent - vu un transportant dans le bec une feuille d'eucalyptus, peut-être pour recharger ou parfumer le nid familial ? Le pic goertan à peine agrippé à l'écorce des grands arbres annonce sa présence par de grands cris de rapace ! Les touracos gris comme les calaos lancent de grandes tirades de pouh pouh pouh; quant au célèbre mâle de huppe fasciée qui fit tant jaser Ornithondar*, il pupule déjà, chaud bouillant pour accueillir à la loge sa compagne... Sera-t-elle encore d'Europe, la mijorée qui tombera sous le charme de l'incorrigible hidalgo sénégalais ? Perruches à collier et perroquets youyous jacassent en passant et repassant; des choucadors à longue queue criaillent; dans le ciel les milans parasites jouent, il y a visiblement des juvéniles qui s'en donnent à coeur joie. Plus haut, le couple des pygargues de 'chez Gatien'... vocifère à la verticale du Lampsar et de la plaine alluviale. Tout le jour, les infatigables souïmangas à longue queue et les souïmangas à poitrine rouge de tous les âges et donc de tous les plumages, immatures, internuptiaux ou nuptiaux, se poursuivent dans les strates les plus hautes des prosopis; un mâle de combassou du Sénégal en livrée nuptiale vient faire le coup de feu avec un mâle de souïmanga à poitrine rouge lui-même en apparat de reproducteur. Bien moins farouches que leurs cousins européens, nos oiseaux tropicaux ont ce quelque chose de culotté voire de l'insolence des enfants du terroir... Ils n'ont pas froid au bec ! Les bulbuls des jardins, les amarantes du Sénégal et le même mâle nuptial de combassou du Sénégal, un gonolek de Barbarie et un calao à bec rouge n'hésitent pas venir aux fenêtres ou à la porte pour voir ce qu'il se passe à l'intérieur, accrochés aux fers forgés ou perchés sur le dossier des fauteuils de terrasse.

* Lire mes dernières notules sur le sujet: 
Evénement: huppe sénégalaise x européenne = couple mixte, in Ornithondar 2014 02 1
Bébé huppe pointe le bout du bec hors de la loge natale !, in Ornithondar 2015 05 18

Premier arrivé du Paléarctique pour l'hiver: un rougequeue à front blanc !

Le jardin attend l'arrivée pour l'hiver de l'hypolaïs obscure, du pouillot véloce et de la fauvette des jardins. En cette fin de journée du 17 octobre, c'est le rougequeue à front blanc qui ouvre la saison: un mâle tout excité et volubile fait le tour du propriétaire*, il constate qu'un autre propriétaire a fait élaguer les tortueux et vénérables prosopis pour faire place aux ornementales sans vie et sans aspérités, sans caractère aucun mais domestiquées, qui plaisent tant à l'Homme sans âme ni tourments de l'esprit.

* Voir: Migration prénuptiale: les rougequeues du jardin sont partis, in Ornithondar 2015 04 17

Vu:
  1. Pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle), cc local entendu
  2. Shikra (accipiter badiusshikra), 1 ind. furtif  [2015 10 16]
  3. Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing), 2+ ind. du quartier, en vol
  4. Coucou didric (chrysococcyx capriusdidric cuckoo), entendu 1 ind. dans le ciel [2015 10 15, 12h37]
  5. Guêpier à gorge blanche (merops albicolliswhite-cheeked bee-eater), quelques ind. [2015 10 15, 17h+]
  6. Martin-chasseur à tête grise (halcyon l. leucocephala, grey-headed kingfisher), 1 ind. entendu
  7. Calao à bec noir (tockus n. nasutusafrican grey hornbill), ind. entendus
  8. Calao à bec rouge (tockus erythrorhynchus ssp. kempi, western red-billed hornbill), 1 ind.
  9. Pigeon roussard (de Guinée, columba g. guinea, speckled pigeon), 1 ind. en vol passant
  10. Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiensafrican mourning dove), cc local
  11. Tourterelle maillée (streptopelia senegalensislaughing dove)
  12. Barbion à front jaune (pogoniulus c. chrysoconus, yellow-fronted tinkerbird), 1 ind. entendu
  13. Barbican de Vieillot (lybius vieilloti, Vieillot's barbet), 1 ind. entendu
  14. Pic goertan (dendropicos g. goertae, grey woodpecker), 1 ind. entendu
  15. Perruche à collier (psittacula krameri, rose-ringed parakeet), entendues
  16. Perroquet youyou (poicephalus senegalus, Senegal parrot), 1 ind. en vol passant
  17. Touraco gris (crinifer piscator, western grey plantain-eater), 1+ ind. vu + Entendus
  18. Huppe fasciée (upupa epops ssp. senegalensis, west african hoopoe), 1 ind. mâle ad. en train de pupuler
  19. Coucal du Sénégal (centropus senegalensisSenegal coucal), 1 ind. avec feuille d'arbre dans le bec + cc local entendu
  20. Bulbul des jardins (pycnonotus barbatus, common bulbul)
  21. Rougequeue à front blanc (phoenicurus phoenicuruscommon redstart), 1 mâle [arrivé le 2015 10 17]
  22. Crombec sitelle (sylvietta brachyura, northern crombec), entendu
  23. Camaroptère à dos gris (camaroptera brachyura ssp. brevicaudatagrey-backed camaroptera), entendu
  24. Souïmanga à poitrine rouge (chalcomitra s. senegalensis, scarlet-chested sunbird), 1 ind. mâle ad. nuptial + 1 ind. immature
  25. Souïmanga à longue queue (cinnyris pulchellus, beautiful sunbird), nombreux de tous âges
  26. Gonolek de Barbarie (laniarius barbarus, yellow-crowned gonolek), 1 ind. + entendu(s)
  27. Choucador à longue queue (lamprotornis caudatus, long-tailed glossy starling), entendus
  28. Moineau domestique (passer domesticus ssp. indicus, house sparrow), 2 ind. à l'abreuvoir, avec un combassou mâle [2015 10 18]
  29. Amarante du Sénégal (lagonosticta senegala, red-billed firefinch), 10+ ind.
  30. Combassou du Sénégal (vidua c. chalybeata, village indigobird), 1 mâle nuptial
  31. Serin à croupion blanc (serinus leucopygius, white-rumped seedeater), 1 ind. [2015 10 16]

Ci-dessous, à g. et au centre: huppe fasciée ssp. senegalensis et calao à bec rouge kempi, mâles adultes
2015 10 16, 14h06 & 16h38 / © Photos par Frédéric Bacuez


Ci-dessus: varan du Nil juvénile en maraude dans le jardin jusque sur le pas de ma porte ! 
2015 10 16, 17h29 / © Photo par Frédéric Bacuez

Du varan du Nil au Voilier des citronniers

Avec la mousson, les insectes, les libellules et autres agrions n'attendent plus que l'arrivée des hivernants pour boucler la boucle des saisons et satisfaire le séjour des oiseaux 'migrants'... Papilionidae et pieridae ne sont pas en reste, en particulier des petits mylothris chloris (western/common dotted border) et de grands papillons de Vinson alias Voiliers des citronniers - des citronniers, il y en a, dans la cour voisine, déjà pillés par le 'petit personnel' et pas par nos lépidoptères erratiques, qu'on n'accuse pas les innocentes beautés ailées dont les chenilles se contenteront de dépouiller les arbres fruitiers de leurs feuilles ! C'est aussi l'époque des reptiles vagabonds: l'an passé, une tribu de varans du Nil s'était laissée prendre au piège d'une fosse sans échappatoire. Cette année, une planche a été installée pour permettre aux égarés de sortir d'une fin famélique et cannibale... Un jeune varan longe les palissades de paille, qu'on appelle ici sackettes, et sa curiosité toute ingénue le mène à approcher les Hommes. Allah est grand, et miséricordieux: à Bango les fidèles ne touchent pas à ce saurien-là, totémisé; peut-être pour se faire pardonner d'avoir massacré les crocodiles du bas-delta et de faire sans scrupule la peau aux pythons, volontairement ou pas, en tout cas par pertes et profits dans leurs filets dormants... ou abandonnés à Dame nature...

Vu:
  1. Varan du Nil (varanus niloticus, Nile monitor), 1 ind. de 1ère AC
  2. Agame des colons (agama agama, rainbow lizard/agama), 1 ind. âgé
  3. Papillon de Vinson (Voilier des citronniers, papilio d. demodocuscitrus swallowtailcitrus butterflyorange dogChristmas butterfly, cf. photo ci-dessous), plusieurs ind.
  4. Mylothris chloris (common western dotted border), cc, poursuites. 
Ci-dessous: à g., mylothris chloris - à d., papilio demodocus
Voir: ICI et LA



Ramdam crépusculaire: du martin-chasseur au chat ou... à la genette ?

A l'aube et surtout au crépuscule, les oedicnèmes du Sénégal saluent la moire avec énergie. Entre 18h30 et 19h, tandis que sous l'ombrelle des prosopis les épomophores de Gambie volettent en titinnabulant de branche en branche, les lourdes roussettes paillées ont quitté leur dortoir de la Gouvernance, sur l'île patrimoniale de Ndar; elles survolent Bango pour aller se nourrir dans les vergers de la basse vallée du Sénégal. Quand le clair-obscur précède la nuit - sombre sous les arbres, blanchâtre dans le ciel- le martin-chasseur à tête grise vient se percher à la cime des vieux prosopis en lançant un vibrant staccato avant de guetter la première sortie des petits lézards arboricoles et noctambules.
Ce soir, tandis que la pénombre tombe rapidement sur le jardin, les bulbuls et des gonoleks se mettent furieusement à alarmer, à tout va: un bruit de bête sautant rapidement du toit pour passer dans la cour voisine, suivi par la meute hystérique des oiseaux... Un chat ? Pas vu... Ou bien la genette commune sortant de son antre diurne, étonnée de m'entendre sortir dans le jardin pour comprendre le brouhaha des oiseaux ? Etrange... Mes nouveaux voisins ont vu une splendide genette là-même où j'avais photographié le viverridé il y a deux ans*...

* Voir: En décembre, la genette dort au (vieux) poulailler, in Ornithondar 2013 12 25

Vu:
  1. Oedicnème du Sénégal (burhinus senegalensis, Senegal thick-knee), entendus
  2. Genette commune (genetta genetta) , 1 ind. ?
  3. Epomophore de Gambie (epomophorus gambianus, Gambian epauletted bat)
  4. Roussette paillée africaine (heidolon helvum, straw-coloured fruit bat)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues