" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

mercredi 28 octobre 2015

27-28, les premiers vautours fauves... tandis que le gros des troupes franchit le détroit de Gibraltar


Ci-dessus: à g., vautour fauve à la verticale de Guéoul, nord du Sénégal 2015 10 27 / © Photo par Etienne Henry 
- à d., vautours fauves en migration postnuptiale à la verticale du Djebel Moussa, nord du Maroc 2015 10 28 / © Photo par Rachid El Khamlichi

* Du Détroit de Gibraltar au Sénégal: du Djebel Moussa à Gueoul...-

Le processus migratoire annuel nord-sud est enclenché: le déplacement postnuptial des vautours eurasiens vers l'Afrique est en branle. Les tout premiers vautours fauves (gyps fulvus, eurasian griffon vulture) de la saison sont arrivés d'Europe 'pour l'hiver', dans le nord du Sénégal. Hier en fin de matinée [2015 10 27], parmi les sept nécrophages qui cerclaient  dans la région de Guéoul, au moins deux de nos griffons européens, en mue, croisaient en compagnie de collègues locaux, des vautours charognards (necrosyrtes monachus, hooded vulture), mais aussi un vautour de Rüppell (gyps rueppellii, Ruppell's griffon vulture) et un vautour oricou (torgos tracheliotus, lappet-faced vulture) lui-même en forte mue. Le gros des troupes européennes est d'ailleurs en train d'amorcer son passage vers le continent: ce matin [2015 10 28], 3 500 vautours fauves ont franchi le détroit de Gibraltar pour pomper à la verticale du Djebel Moussa*1, coté marocain, et continuer leur route vers le sud. La Fundacion Migres (Espagne) estime que 5 à 6 000 vautours fauves franchissent le détroit dans le sens Europe-Afrique; une majorité de ces oiseaux ira hiverner entre la péninsule du Cap-Blanc (Mauritanie) et les plaines du Djolof et du Sine (Sénégal) et, dans une moindre mesure au Mali. On les attend ici avec enthousiasme: les cadavres de bovins, d'ânes et autres chevaux des bords de route sénégalaise se languissent d'espérer la voirie du ciel ! Dans le sillage des vautours fauves, et de quelques percnoptères d'Egypte (neophron percnopterus), nos vautours africains (gyps africanus) devraient à leur tour refluer avec le Front Inter Tropical (FIT). C'est que nos gyps locaux convergent en juin-juillet vers les confins sahélo-sahariens afin de garder leurs distances avec une saison pluvieuse qui les chasse des savanes et des campagnes, trop vertes, trop denses, et où le bétail meurt moins, durant ces deux à trois mois humides.




Les observations et documentations sont:
- Au Maroc: de Rachid El Khamlichi (2015 10 28*2) - voir ICI sur Facebook et LA sur Facebook ainsi que photo en haut de notule à d.
- Au Sénégal: de Etienne Henry (2015 10 27) - voir photos en haut de notule à g. et ci-dessous

*1 Lire: 
Plus de 3 500 vautours fauves migrent au Djebel Moussa, record pour l'espèce au Maroc, in Go-South 2015 11 1
3 500 griffon vultures crossed the Strait of Gibraltar at Jbel Moussa, in Moroccan Birds 2015 10 28
Impressive migration of griffon vultures at Djebel Moussa, in Go-South 2015 10 29
More than 400 Griffon Vultures and 1 Rüppell's Vulture migrating at Jbel Moussa , in Moroccan Birds 2015 11 4

*2 Dans la foulée des vautours fauves au Djebel Moussa marocain, Rachid note aussi le passage nord-sud d'un vautour de Rüppell. A l'instar de gyps africanus, gyps rueppellii a de plus en plus tendance à suivre les vautours fauves lors de leur remontée printanière vers l'Europe, se disant probablement que si gyps fulvus était en augmentation (à la différence des vautours stricto sensu africains) c'est que peut-être l'herbe était plus verte vers le nord, qu'il y faisait mieux vivre et manger, sans trop de risque d'être soi-même bouffé ou réduit en poudre de perlimpinpin, gratuitement abattu, empoisonné ou déniché... Pas bête, le "voyageur" nouveau... "Migre ou crève", en somme !

Ci-dessous, de g. à d.: vautour fauve - vautour oricou - vautour de Rüppell
2015 10 27 / Courtesy © photos par Etienne Henry pour Ornithondar

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues